Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, septembre 21 2017

Un livre: LES ETABLISSEMENTS FISCHER de Lunéville

Nous avons eu l'occasion de découvrir un livre "Les Etablissements FISCHER" écrit par Pierre PONCET. Cet ouvrage de l'histoire industrielle de Lunéville paru en 2015, nous retrace le récit d'une aventure remarquable de 1946 à 1993.

L'homme-clé de cette épopée c'est Emile FISCHER (1908-1996) qui sera le fondateur de l'entreprise avec un modeste atelier de trois personnes pour parvenir à la grande usine de l'Avenue Voltaire (RN4) avec un effectif de 300 spécialistes métallurgistes. L'entreprise sera reprise par son fils Michel FISCHER (1937-2014) qui succédera à son père à la direction de l'entité. 

Cette belle usine produisait de la grosse chaudronnerie destinée à l'industrie chimique et pétrochimique au sein de l'hexagone mais aussi à l'international: France, Abu-Dhabi, Algérie, Allemagne, Autriche, Afrique du Sud, Chine, Chili, Côte d'Ivoire, C.E.I.(ex URSS), Belgique, Brésil, Bulgarie, Egypte, Gabon, Inde, Koweït, Madagascar, Maroc, Pays-Bas, Pologne, Qatar, Royaume-Uni, Thaïlande, Tunisie, Suisse, Syrie, Venezuela...  

Et parmi les spécialistes de cette production de qualité exceptionnelle, on note des soudeurs et des tourneurs-fraiseurs originaires de notre vallée de la Vezouze. N'oublions pas les techniciens du bureau d'études et les spécialistes de la partie administrative complétant cette énumération.

Concurrencée par les pays de l'Est, Japon, Corée du Sud, conjointement aux différentes crises économiques de la fin du XXé siècle, l'entreprise est contrainte de déposer le bilan et de fermer l'usine en 2000 laissant un grand vide dans le monde industriel régional.

Lunéville ne verra plus passer les convois routiers exceptionnels emmenant des cuves de grandes dimensions ou des colonnes de distillation au travers des pays, faisant connaître par là-même le savoir-faire de ses ouvriers spécialisés et offrant une belle image de référence de la ville lorraine.

Souhaitons que beaucoup d'anciens travailleurs des Etablissements FISCHER retrouvent par le récit l'histoire de leur usine.

Pour "les amoureux des trains", précisons que l'usine se situait Avenue Voltaire (RN4) entre la caserne Quartier Stainville qui abrite le 53é Régiment de Transmissions, et la voie urbaine "Chemin des Mossus" qui emprunte l'ancienne plateforme du chemin de fer Lunéville à Blamont et à Badonviller. Les Etablissements FISCHER possédaient un embranchement ferroviaire permettant les "transports exceptionnels" de leur production par la voie ferrée (Voir photographie page 40 prise en gare de Lunéville).

Les bâtiments de l'usine ont été rasés et l'ancien terrain industriel a été racheté par la ville de Lunéville.

Livre_Ets_Fischer_Luneville.jpg

L'ouvrage de 56 pages avec de nombreuses illustrations couleurs est en vente dans toutes bonnes librairies. Prix: 15 Euros.
"Les Etablissements FISCHER- Une aventure industrielle remarquable" par Pierre PONCET.

Jean SPAITE   Septembre 2017

Crédit photographique : l'image du livre de Pierre Poncet provient du site de la Communauté de Communes du Territoire de Lunéville à Baccarat.

Boire ou conduire...


Fontaine_Y.Ramos.jpgNotre site s'est toujours opposé au rapport des faits divers qui relèvent de la chronique de votre quotidien régional.

Pourtant il nous faut rapporter un fait divers en date du 17 Septembre 2017 qui a fait, entre autre, une victime en l’occurrence la margelle du puits rénové il y a plusieurs années par Monsieur Yvon RAMOS et qui a apporté une touche décorative reconnue en notre village.

Un jeune homme de 18 ans, ivre, au volant de sa voiture, dans l'impossibilité de maîtriser sa conduite, est venu terminer sa course folle contre le puits en question en lui causant de sérieux dommages. Il est bien évident que le véhicule se révèle particulièrement hors d'usage. Le conducteur responsable, endormi par son ivresse, marqué par le choc, a la chance inouïe de s'en sortir.

On peut mesurer le danger d'un tel comportement :

Boire ou conduire, il faut choisir !

Pour l'heure, il faut réparer les dégâts.

Jean SPAITE    Septembre 2017