Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Toponymie et histoire, personnages

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, mars 19 2019

L'école d'autrefois... il y a plus d'un siècle, à Fréménil

Au hasard des rangements, de vieux cahiers d’école viennent de tomber entre mes mains. Parmi ceux-ci, un exemplaire a retenu mon attention dans cet héritage de vieux papiers du début du siècle dernier. C’est avec surprise que j’ai pris connaissance du Cahier de Roulement, objet totalement inconnu de nos jours. Chaque jour de la semaine, il était tenu par un ou une  élève, puisque l’école était mixte.

Pour le bonheur des généalogistes on peut ainsi relever les noms de nos ancêtres avec leur âge à une date précise. Voici les noms des élèves de notre village de ce temps là : 

  • Mercredi 6 Décembre 1911    >  Marie GERARDIN âgée de 10 ans
  • Jeudi        7       “   ( C’est le jour où il n’y a pas d’école, donc pas d’élève mentionné )
  • Vendredi   8       “  ( L’élève a oublié d’inscrire son nom!!! )
  • Samedi     9       “                     >  Jeanne VILLEMAN     9 ans
  • Lundi        11     “   (Encore un nom oublié!!)
  • Mardi        12     “                     > Yvonne  CARRIER     10 ans
  • Mercredi   13     “                     > Jeanne  MASSON      10 ans
  • Vendredi   15    “                      > Emilienne  VILLEMAN  9 ans
  • Samedi     16     “                     > Henri  HEFTER           10 ans ½
  • Mardi        19     “                     > Marcelle MANONVILLER 12 ans
  • Mercredi   20     “                     >  Marie GERARDIN       10 ans
  • Vendredi   22    “                      > Henriette MANONVILLER  (11 ans)
  • Samedi     23     “                     > Josephine CARMENTRE  11 ans ½
  • Lundi        25     “   ( C‘est Noël , jour férié )
  • Mardi        26     “   (  Nom oublié )
  • Mercredi   27     “            “
  • Vendredi   29     “            “
  • Samedi     30     “                  > Jeanne VILLEMAN  11 ans ( elle avait  9 ans le 9/12 ?)
  • Vendredi    5 Janvier 1912       > Jeanne MASSON  10 ans
  • Samedi      6      -                     >  Alice CROUZIER  10 ans
  • Mardi         9      “                     >  Yvonne CARRIER  10 ans
  • Mercredi    10    “                     > Marcel  MANONVILLER (14 ans)
  • Vendredi    12     “                    > Henri HEFTER  11 ans
  • Samedi      13     “                    > Marcelle MANONVILLER  12 ans

Arrivé au terme de ce ”Cahier de Roulement“  inattendu, nous pouvons apporter les précisions suivantes pour situer le contexte en l’année 1911.

On relève 237 habitants en 1910 dans notre village, puis 240 habitants en 1913.

Nous sommes à l’époque du “trio” communal : Maire, Instituteur, Curé, qui est particulièrement respecté.

Attardons-nous sur l’instituteur.

Le “Maître d’école” représente le savoir.

C’est lui le “Hussard de la République” qui se révèle un combattant actif du patois lorrain  encore bien vivant devant la langue française à enseigner et à imposer !!

Il est chargé d’inculquer le Lire, Écrire et Compter, avec en supplément l’Histoire, la Géographie et les Sciences.  En monde rural, c’est l’époque de la classe unique : où  les petits, les moyens, les grands, avec des cours adaptés, vivaient dans la même classe.

Saluons ces dévoués membres de l’école publique qui préparaient en sortie de scolarité des jeunes qui savaient LIRE et ÉCRIRE, et fiers d’avoir réussi à 95 % leur CERTIFICAT d'ÉTUDES.  Et avec les leçons de morale et d’instruction civique, ils avaient un passeport de savoir vivre en Société.  Nos amis internautes qui connaissent bien l’école actuelle pour y avoir enseigné sont témoins du changement d’époque...  

Souvenons-nous aussi qu’à la période évoquée, les instituteurs du village étaient :

  • Joseph KRETZ  de 1905 à 1912
  • et Paul BALLAND de 1912 à 1914

Nous étions à 3 ans de la première guerre mondiale au cours de laquelle l’instituteur Paul BALLAND allait être tué le 19 Septembre 1914 à l’âge de 28 ans.

Saluons respectueusement ces dévoués acteurs de l’enseignement à qui nous devons tant.

Jean  SPAITE  Mars 2019

jeudi, mars 14 2019

Notre patois lorrain (23ème partie)

Patois_Lorrain.gif
  • MANRE     ( manrr’ )        :  Mauvais
  • Un CHECHE   ( chêch’ )    :  Un sac
  • Un CHECHOT ( chêchot’ ) :   Un petit sac, un sachet
  • Une QUEUMEROSSE (keumeross’) : Un ustensile de cuisine muni d’une queue, d’un manche
  • Un TOTEH’  ( totéh’ ou  toteille ) : Un récipient qui peut être une bouteille, un bol ou une soupière
  • Une BLANQUE  (ou une bablanque ) : Une loterie sur une fête foraine, un stand de tir ou de confiserie-  En terme général →> table formée d’un plateau en bois posé sur deux tréteaux , un étalage dans une brocante par exemple.
  • L’ ACCROCHOTTE  (N.F. )  :  Partie d’une serviette sous forme d’un anneau destinée à accrocher ladite serviette.
  • Un RATICHON  ( râtichon ) ( N.M.)  :  Se dit d’un reste de légume . Par extension, désigne un enfant au physique défavorable, peu agréable.
  • Ca BROUSSINE (ça broussine ) ( du verbe lorrain broussinner ). Pluie qui tombe sous la forme d’un léger crachin. Expression utilisée fréquemment en Lorraine.
  • RAMICHTOQUER  (râmichtoquer ) (Verbe ) : Réparer provisoirement - Souvent bricolage imparfait.
  • REBABOUILLER  ( rébabouiller ) (Verbe ) Répondre durement à une question - Dans le langage courant “ Remettre en place”. 
Jean SPAITE   Mars 2019

dimanche, janvier 20 2019

Notre patois lorrain (22ème partie)

Patois_Lorrain.gifNotre dernier article consacré au patois lorrain date déjà d’un an  (5 Janvier 2018)

Il est grand temps de faire revivre ce langage pittoresque qui nous ramène au siècle dernier où il était pratiqué couramment .

Voici quelques mots et expressions typiquement lorraines.

  • Aller DERVI DERVO  (dervine dervatte)  (expression)
    marcher de droite à gauche (suite à un abus d’alcool ? )
  • BOCQUESSER     (V.)
    Boiter
  • En FAIRE TOUT UN PLAT  (Exp.)
    Exagérer
  • RAMEUTER        (V.)
    Rassembler bruyament des gens
  • BLABLATER        (V.)
    Raconter des histoires, bavarder intensément
  • Des PANDELOQUES  (N.F)
    Perles qui pendent d’un lustre (en verre ou en cristal) ou d’un collier ou de boucles d’oreilles. 
  • Les COURILLOTTES  (ou couryottes)  (N.F)
    Lacets, ficelles
  • DEFRANDIE (défrandié)  (V.)  [ son gilet , il est tout défrandié]
    Tellement usé que les bords unis sont aujourd'hui en franges , en dentelles.
  • Un GAUMEU  ( ou gômeuh ) (N.M)
    Ustensile fait d’une casserole (vieille) équipée d’un long manche permettant de vider un gros récipient. Avant l’arrivée des WC dans nos villages on se servait d’un gaumeu pour vider le réservoir, la fosse fixe !!   Le mot gaumeu vient du nom gamelle,  nom vulgaire désignant un récipient de cuisine.
  • Des BACHONS  (bâchons)  (N.M)
    Planches en bois brut servant de plancher pour les porcs dans leur réduit (leur logement)
  • BASSOTER      (V.)
    Faire un petit travail , peu intéressant.
  • La  BOUDOTTE   (N.F)
    Le nombril
  • Un FLO    (N.M)
    Un ruban de fermeture d’un paquet .
  • Un  RAPIAT, une RAPIATE (rapiât  , rapiâte)   (N.F ou N.M)
    Un ou une avare.

Jean  SPAITE    Janvier  2019   

vendredi, décembre 28 2018

Photo mystère (Compléments)

Après un attentif examen de la photo-mystère, suite à une amélioration de la qualité du cliché, nous pouvons avancer :

020_003.jpg

  • Sur le soldat debout à l’extrême droite, on peut deviner (difficilement !! ) sur son col de vareuse le chiffre “ 217 ”.
  • Sommes-nous en face de soldats du 217éme Régiment d’Infanterie de GAP (Hautes Alpes) ?
    Voilà peut-être un indice pour cette photo-mystère.
    Peut-être allons-nous découvrir un jour l’identité de tous les personnages ?
C’était il y a plus d’un siècle…
Affaire à suivre…

Jean SPAITE Décembre 2018

jeudi, décembre 20 2018

Photo mystère

Notre fidèle ami historien régional René LOUBETTE habitant Bénaménil, nous a fait parvenir une énigmatique photographie en date du 19 Avril 1915 à Fréménil.

Sur cette photo, 6 personnages :

020_001.jpg

Le texte au verso :

Fréménil le 19 Avril 1915      Chère belle soeur

Je vous envoi ma photo . J’espère qu’elle vous fera plaisir et que malgré la guerre je n’ai pas trop maigri. Je ne sais qu’est-ce que fait Pierre. Il y a très longtemps que je n’ai pas eu de ses nouvelles. J’espère qu’il est toujours en bonne santé.

Mil baisers en attendant de nous revoir tous en coeur.

S P

020_002.jpg

Bien des questions et pas encore de réponse pour cette photo-mystère :

Première question : LES PERSONNAGES

L’auteur de l’écrit est présent sur la photographie, mais lequel est-ce ?

Il signe S P . Quel est son nom ?

Les personnages ont entre 20 ans et 30 ans, ce qui, en la présente année 2018 nous amène à des personnes qui seraient âgées de 123 à 133 ans. Il y a peu de chance de retrouver ces ancêtres encore vivants !!

En revanche leurs enfants, petits enfants, donc leurs descendants, s’ils ont l’occasion de voir cette photo, pourront peut-être reconnaître leurs parents…

Nous avons examiné la photographie pour essayer de déceler sur le col des vareuses ou sur les képis le numéro de leur régiment. En vain, le cliché est trop flou pour pouvoir découvrir ce détail.

En consultant nos archives, nous pouvons avancer qu’en  1914- 1915- 1916, donc comprenant la période Avril 1915, nous avons les noms de certains régiments stationnés à Fréménil, à savoir :

  • 14éme Dragons de Saint Etienne
  • 19éme Dragons de Castres
  • 28éme Dragons de Dijon
  • 10éme d’Infanterie d’Auxonne
  • 75éme d’Infanterie de Romans
  • 27éme d’Infanterie de Dijon
  • 1ére Cycliste de Limoges
  • 15éme Chasseurs à Cheval de Vienne
  • 11éme Hussards de Tarascon
  • 7éme Chasseurs alpins de Draguignan
  • 138éme d’Infanterie de Bruyères
  • 139éme d’Infanterie d’Epinal
  • 348éme d’Infanterie de Saint Dié
  • 257éme d’Infanterie de Lyon
  • 221éme d’Infanterie de Langres
  • 138éme d’Infanterie de Lyon
  • 217éme d’Infanterie de Gap
  • 335éme d’Infanterie d’Angers
  • 333éme d’Infanterie de Belley
  • 8éme d’Artillerie de Lunéville
  • 34éme d’Artillerie de Lyon
  • 37éme Territorial d’Auxerre
  • 11éme Territorial d’Auxerre
  • 168éme d’Infanterie de Toul
  • 4éme Génie de Grenoble
  • 10éme Génie de Grenoble
  • 14éme d’Artillerie de Tarbes
  • 21éme d’Artillerie d’Angoulême
  • 167éme d’Infanterie de Toul
  • 85éme Territorial de Cosme
  • 16éme Chasseurs à pied de Lille
  • 8éme Chasseurs à pied d’Amiens

Liste non limitative.

Les soldats de la photographie, et plus particulièrement l’auteur du message d’Avril 1915, étaient-ils originaires de St Etienne, Romans, Lyon, Angers ou Tarbes par exemple ?

C’est une des questions de la photo-mystère.

Deuxième question :  LE LIEU EXACT

La photographie n’offre que peu d’indices concernant le lieu exact où a été pris ce cliché “historique”.  

D’après le fond de décor, nous sommes devant un mur à pierres apparentes sans crépi. Ce n’est donc pas un mur de façade avant côté Rue; mais cela nous oriente vers un mur de partie arrière. Comme il apparaît ensoleillé, nous pouvons avancer qu’il s’agit d’un des murs arrières situés au Sud de la Grande Rue numéros impairs . Autrement dit, côté jardin.  

Et encore: après 103 ans, les murs des maisons ont subi des changements, voire des démolitions !!!     

Quelle maison existante à cette époque pourrait le mieux répondre à la question du lieu exact où a été prise la photographie ?

Une photographie pleine de mystère, vous en conviendrez.

A moins qu’un de nos internautes, ne reprenne l’enquête et nous fasse connaître ses découvertes.

C’est ce que nous souhaitons.

Et grand merci à René LOUBETTE qui nous a fait parvenir ce document d’histoire.

Jean  SPAITE  Décembre 2018

- page 1 de 26