Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Toponymie et histoire, personnages

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, septembre 23 2016

Deuxième Guerre Mondiale (Période 1939-1943 à Fréménil)

Maison_Manonviller_120703.jpg

Présentation

Sur un cahier d'école aux pages jaunies je retrouve des notes écrites par ma grand-mère Mme Alice MANONVILLER (1874-1961) qui habitait 5 Grande Rue à FREMENIL. Il s'agit de pages d'histoire de la deuxième guerre mondiale qui rappellent des évènements, mais aussi des noms de personnages, de soldats venus faire la guerre depuis l'autre bout de la France jusqu'à notre Lorraine. On y parle de tout, même du mauvais temps avec la neige dans nos hivers si durs de ces années de guerre. Laissons place au récit.

Période 1939-1943

1939

  • 28 Décembre 1939.- C'est le 52ème Régiment d'Artillerie Lourde de PERIGUEUX (Dordogne) qui est en stationnement ici. J'ai sur le grenier 17 Hommes et 8 chevaux. Noms des militaires: Brigadiers PAROT et GALATEAU. CHANTEAU, LABROS, DEMARTY, AMELIN, MARTIGNE, ROUQUET, REVERDY, BOYER, OLIAS, ANGO, DECOUTS Louis, BONNAIN, ROBERT, DELAINGEAS, DESOGES. Départ le 2 Février 1940.

1940

  • 4 Février 1940.- 221ème Régiment d'Artillerie Lourde de PERIGUEUX (Dordogne). Je n'ai personne d'hommes ni chevaux. Départ le 12 Mars 1940.
  • 16 Juin 1940.- Logé 1 officier polonais 1 nuit. Parti le 18 Juin 1940.
  • 18 Juin 1940.- Nous avons passé la nuit à la cave et presque la journée. FREMENIL n'a pas eu de dégât. Quelques obus dans la campagne.
  • 19 Juin 1940.- Les allemands entrent à FREMENIL. Je loge 1 capitaine et 8 hommes sur le grenier.
  • 22 Juin 1940.- Les allemands quittent FREMENIL.
  • 24 Juin 1940.- Il en arrive 150 hommes . C'est des autrichiens. Un orage épouvantable, le tonnerre est tombé chez DIDELOT (1 Grande Rue).
  • 25 Juin 1940.- Il pleut. Les allemands sonnent les cloches, c'est pour l'armistice disent-ils.
  • 26 Juin 1940.- On a frappé à son de caisse (tambour) la poste reprend à partir du 27 Juin.
  • 28 Juin 1940.- Toujours les mêmes troupes autrichiennes. On apprend que la Russie est en guerre avec l'Allemagne et que leurs troupes sont à 50 Km. de BERLIN, et aussi que la Turquie a déclaré la guerre à l'Allemagne.
  • 1er Juillet 1940.- Des troupes sans interruption s'en vont vers DOMJEVIN, des tanks, des mitrailleuses, on dit qu'ils s'en vont.
  • 2 Juillet 1940.- Des tanks passent sur la route (RN4 Paris-Strasbourg) et vont vers DOMJEVIN.
  • 3 Juillet 1940.- L'électricité est rétablie, la lumière marche.
  • 6 Juillet 1940.- L'eau remarche aussi, on vient de venir voir s'il n'y avait rien à réparer dans les lampes, moteurs.
  • 7 Juillet 1940.- On dit de VEHO : Un officier polonais resté caché tire sur un officier allemand et le blesse gravement, on ne le trouve pas de suite, le maire et 9 hommes sont enfermés et seront mis à mort si on ne trouve pas (le coupable). Le lendemain on dit que l'officier polonais a été fusillé.
  • 8 Juillet 1940.- Il y a beaucoup de troupes allemandes de passage. J'ai un capitaine à la chambre, des chevaux à la grange et des hommes plein le grenier. Ils vont vers SARREBRUG (Sarrebourg? Sarrebruck?).
  • 9 Juillet 1940.- A 5 heures du matin départ de ces troupes, il reste encore les autrichiens.
  • 10 Juillet 1940.- Il m'arrive une lettre de Marcelle par une dame BANI (?) de DOMEVRE. BAJOLET vient de me dire que le tacot va marcher (le chemin de fer LBB).
  • 11 Juillet 1940.- De nouvelles troupes de passage mais pas dans notre quartier.
  • 12 Juillet 1940.- Je reçois une lettre de NANCY. Toute la famille est rentrée le 8 Juillet par le 1er train passant à MARTIGNY( Martigny les Bains -Vosges) 
  • 17 Juillet 1940.- Le tacot remarche comme avant.
  • 21 Juillet 1940.- Les autrichiens sont partis, le village est calme.
  • 3 Août 1940.- Il y a 10 prisonniers qui viennent travailler chez les cultivateurs (prisonniers français ? polonais ?)
  • 6 Décembre 190.- Logé 6 hommes au grenier- 2 sous-officiers à la chambre devant.
  • 7 Décembre 1940.- Ils sont partis à 8 heures du matin.

1941

  • 2 Janvier 1941.- La neige tombe sans arrêt depuis hier, à midi il y en a plus d'un mètre par place.
  • 8 Janvier 1941.- Depuis le 2 Janvier, plus de courrier, il y a trop de neige, le tacot ne marche plus. Aujourd'hui 8 Janvier le facteur passe à 6 heures du soir.

1942

  • 13 Février 1942.- Pas de courrier, il y a 1 mètre de neige par place.
  • 14 Février 1942.- Pas de tacot, ni de courrier, 2 mètres de neige par place.
  • 16 Février 1942.- Les dépêches arrivent aujourd'hui, on va les chercher à BLAMONT.
  • 31 Août 1942.- Dernier trajet du tacot supprimé pour les voyageurs. Jusqu'au 15 Septembre pour les marchandises.
  • 1er Septembre 1942.- Les Rapides de Lorraine remplacent le tacot. Ils passent à FREMENIL, arrêt chez Mr BENOIT (le café du village).

1943

  • 9 Avril 1943.- C'est tout blanc de neige le matin.

Conclusion

Ce retour dans le passé, même si la chronologie n'est pas continue, nous donne une image des évènements peu ou mal connus. On voit que l'armée, amie ou ennemie, logeait chez l'habitant, dans les pièces habitables mais aussi dans les greniers. Et dans nos hivers lorrains, à cette époque, on se retrouve dans un paysage tout blanc, avec 2 mètres de neige par endroit !!!

Rappelons qu'en 2009 nous avons publié un ouvrage "La résistance à FREMENIL" donnant un éclairage sur cette histoire de la 2ème guerre mondiale. En 1994 c'est "L'évacuation 1944" que nous avons publié en nous rapportant aux notes prisent par Alice MANONVILLER sur la période 1944-1945. Pour mémoire sur le site fremenil.com : "Un peu d'histoire à partir d'une carte postale de FREMENIL"  nous permet d'évoquer la 1ère guerre mondiale 14-18 à FREMENIL. 

Rendons hommage à Alice MANONVILLER pour son travail d'écriture qui nous permet de mieux apprécier nos heures de PAIX actuelles, mais également montrer l'intérêt d'une relation des évènements que nous vivons au jour le jour au cours d'une existence. Peut-être que des familles de la région de PERIGUEUX vont découvrir le nom d'un de leurs aïeux ayant séjourné à FREMENIL pendant l'hiver 1939-1940.

Bonne lecture à tous.

Jean SPAITE   Septembre 2016.

lundi, août 15 2016

Tombé du ciel et sauvé par la Résistance...

A propos d'un récit sur la chute d'un avion allié le 27 Août 1944 dans le secteur de BENAMENIL, les recherches des historiens permettent de progresser pour une meilleure connaissance de ce crash.

Rappelons que dès 1997, sous le titre "Tombés du ciel" nous avions fait paraître un article dans la Revue Lorraine Populaire (RLP N°134-Février 1997) concernant les aéronefs tombés dans le Sud Lunévillois. Plus précisément en page 281-Repère 11- nous citions l'avion allié tombé le 27 Août 1944 dans le secteur de BENAMENIL.

En 2009 nous avons publié un ouvrage "La Résistance à FREMENIL" évoquant cette chute d'avion et le sauvetage d'un membre de l'équipage par le groupe de résistance de FREMENIL (voir notre article).

En complément de cet acte de sauvetage, nous avions fait un écho "En mémoire des Résistants de FREMENIL" faisant appel a un besoin légitime d'une plaque-souvenir pour marquer cet événement. La réalisation de cette plaque-souvenir a été effective le 11 Novembre 2015 au cours de la cérémonie anniversaire du 11 Novembre 1918.

Toujours sur notre site, le samedi 20 Juin 2015, nous avions rappelé la composition du groupe local de Résistants, le sauvetage d'un membre de l'équipage de l'avion du 27 Août 1944 (date initialement mentionnée), et l'évocation que ce fait des soldats de l'ombre méritait d'être sauvé de l'oubli.

Dans le monde discret des chercheurs de cette histoire des chutes d'avions de la deuxième guerre mondiale, les spécialistes avancent sérieusement. Sous réserve de renseignements toujours plus précis concernant ce crash, nous pouvons donner une image de cette tragédie. Longtemps annoncé comme étant une Forteresse volante US l'aéronef est en fait un avion anglais de la RAF.

Avro_Lancaster.jpg
Il s'agit d'un avion AVRO type LANCASTER MkI du N°61 Squ. Avion Bombardier de nuit britannique (Royal Air Force) quadrimoteur.

Sa mission : Bombardement de RÜSSELHEIM (Allemagne)

Décollage le 25/08/1944 à 20h32- Base LUDFORD MAGNA Lincolnhir UK (Angleterre)

N° de l'avion : NN 705 SR-O Type LANCASTER MkI

N° de l'escadrille : N° 101 Squadron

L'équipage était composé de 9 membres :

  • Chef de bord- Pilote       : FO.  STELL Malcom Joseph        31 ans (RN ZAF) Royal Newealand Air Force
  • 2° Pilote - Mécanicien     : FO.  ROSS  William              23 ans (RC AF)  Royal Canadian Air Force
  • Navigateur                 : Sgt. BRIERS John William        36 ans (VR)     Volontaire Réserve
  • Navigateur- Bombardier     : F.Sgt. SCHOFIELD Eric           33 ans (VR)            "
  • Bombardier-Opérateur Radio : F.Sgt. REID John Mac Donald     20 ans (VR)            "
  • Mitrailleur                : Sgt. ROWLEY Joseph Peter        22 ans (VR)            "
  • Mitrailleur                : Sgt. BRACEGIRDLE Julian Charles 26 ans (VR)            "
  • Mitrailleur                : Sgt. TWELL Harry                32 ans
  • Mitrailleur                : Sgt. MORE  Thomas                ?

Notons que l'équipage normal d'un LANCASTER MkI se compose de 7 membres. Il y avait donc 2 personnes supplémentaires pour cette mission.

Si l'on se réfère au récit de Gaston CARMENTRE résistant qui a opéré au sauvetage d'un membre de l'équipage, le LANCASTER revenant de sa mission de bombardement en Allemagne avait survolé OGEVILLER avec un moteur en feu. Poursuivant sa course à basse altitude au dessus de la forêt de MONDON, le Sergent Thomas MORE Mitrailleur en aurait profité pour sauter en parachute et atterrissant brutalement à la lisière du bois sur la commune de BENAMENIL. Le groupe de résistants avec notamment Julien MALGRAS a opéré rapidement au sauvetage de l'aviateur blessé aux jambes en le cachant chez lui à FREMENIL. Gaston CARMENTRE nous rappelle dans son récit (voir "La Résistance à FREMENIL" 2009 page 21) l'épisode du transport du blessé caché dans une charrette de foin jusqu'à BENAMENIL auprès du Docteur SEGALL lui-même résistant, ainsi que le retour à FREMENIL en utilisant le même stratagème. Nous savons que le Sergent Thomas MORE (matricule 978 951) après guérison a pu retrouver la liberté grâce à la filière d'évacuation des Résistants.

Qu'était-il advenu de l'avion et des 8 membres de l'équipage restant ?

Vraisemblablement il a du voler péniblement avec son moteur en feu dans l'espoir incertain d'un retour à sa base.

On n'a pas retrouvé le lieu exact de chute du LANCASTER. Peut-on le situer dans la région Sud de NANCY ou de TOUL ? Ce qui est certain, c'est que les 8 membres de l'équipage sont décédés et reposent désormais au cimetière britannique de CHOLOY-MENILLOT (54). Soulignons la jeunesse de l'équipage de ce LANCASTER qui a donné sa vie pour que nous vivions aujourd'hui en PAIX. Ne les oublions pas. Gardons également le souvenir des résistants de FREMENIL, acteurs efficaces du sauvetage du Mitrailleur Thomas MORE, qui ne doivent pas, eux aussi , tomber dans l'oubli.

Tombes_Equipage_Lancaster_NN_705_SR-O.jpg
Pour compléter nos recherches nous nous sommes rendu au cimetière militaire de CHOLOY-MENILLOT (CD118 Toul-Foug) dans la nécropole britannique-néozelandaise où nous avons retrouvé les tombes des huit aviateurs de la RAF qui reposent en ce lieu. Ils sont unis désormais sur une même ligne de repos [1D] reconstituant pour toujours l'équipage du LANCASTER MkI de l'escadrille 101 Squ. qui s'est écrasé le 26 Août 1944.

  • Tombe 1D1- Sergent TWELL Harry                   32 ans Mitrailleur (Anglais)          Matricule 515 294
  • Tombe 1D2- Sergent BRACEGIRDLE  Julian Charles   26 ans Mitrailleur                          "   2209182
  • Tombe 1D3- Officier Aviateur STEEL Malcom Joseph 31 ans Pilote Chef de bord                  "   424 533
    (Royal Newzealand Air Force)
  • Tombe 1D4- Sergent Aviateur SCHOFIELD Eric       33 ans Navigateur Bombardier (Anglais)      "   1506088
  • Tombe 1D5- Sergent ROWLEY Joseph Peter           22 ans Mitrailleur (Anglais)                "   1579631
  • Tombe 1D6- Officier Aviateur ROSS William        23 ans 2e Pilote Mécanicien                 "   J/26796
    (Royal Canadian Air Force)
  • Tombe 1D7- Sergent BRIERS John William           36 ans Navigateur (Anglais)                 "   1815067
  • Tombe 1D8- Sergent Aviateur REID John Mac Donald 20 ans Bombardier Opérateur Radio (Anglais) "   1318282

Le plus jeune avait 20 ans, le plus agé 36 ans...

Ils ont donné leur vie pour libérer le pays dans lequel nous pouvons vivre en PAIX. Ne les oublions pas.

Tombe_H.T.Well.jpgTombe_J.C.Bracegirdle.jpgTombe_E.Schofield.jpgTombe_M.J.Steel.jpgTombe_J.M.Reid.jpgTombe_J.W.Briers.jpgTombe_W.Ross.jpgTombe_J.P.Rowley.jpg
Restent donc les questions suivantes :

  • Quel est le lieu exact de la chute du LANCASTER du 101 Squadron ?
  • Qu'est devenu le Sergent Thomas MORE (matricule 978951) après son sauvetage par le groupe de résistants de FREMENIL ?

En ce qui concerne le lieu du crash du LANCASTER de la RAF nous lançons un APPEL à toute commune du Sud du département 54 qui a été le théâtre de cet accident pour nous signaler l’événement. Peut-être que les huit aviateurs décédés ont été inhumés provisoirement en local (cimetière communal par exemple) avant de reposer définitivement au cimetière militaire de CHOLOY-MENILLOT ce qui pourrait figurer dans les archives communales de 1944.

Espérons en savoir plus par la suite grâce à nos chercheurs de l'Histoire.

Pour l'heure, nous devons la progression des recherches historiques concernant cet épisode de la Seconde Guerre Mondiale à :

  • Michel   AUBURTIN   de FAMECK (57)
  • Alain    CARMENTRE  de MANONVILLER (54)
  • Jérome   LECLERC    de VEZELISE (54)
  • René     LOUBETTE   de BENAMENIL (54)
  • Edouard  RENIERE    de BRUXELLES (Belgique)

Rappelons également les noms des membres du groupe de Résistants de FREMENIL (Secteur 416) qui ont tous aujourd'hui disparus :

  • Julien   MALGRAS         (1905-1995) Responsable du groupe.
  • Paulette BENOIT          (1916-1971)
  • René     HENRY           (1893-1975)
  • Nicolas  DENIS           (1891-1958)
  • Pierre   ADAM            (1921-1944)
  • André    CARMENTRE       (1924-1984)
  • Gaston   CARMENTRE       (1925-1998)
  • Docteur Laurian I.SEGALL (1900-1991)

N'oublions pas ces fidèles Soldats de l'ombre.

Jean SPAITE   Août  2016

Sources :

  • Avro_Lancaster_B_I_PA474 par Kogo — Travail personnel, GFDL, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=473193
  • Photos du cimetière RAF de Choloy-Menillot : Collection personnelle

Cimetière RAF de Choloy-Ménillot :
Nous avons eu quelques difficultés à trouver la nécropole de la RAF de Choloy Ménillot. Pour vous éviter ces déboires, vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessous pour obtenir une carte Google Maps avec les coordonnées du cimetière.

Coordonnees_Google_Map_Cimetiere_RAF_Choloy_Menillot.jpg


Here follows a Google-Translation of this article for our fellow-english readers (Sorry for the approximations) :

About a story about a plane crash ally August 27, 1944 in BENAMENIL sector, historians research permits progress towards a better understanding of this crash.

Recall that in 1997, under the title "Lost in Transit" we published an article in the Revue Populaire Lorraine (RPL No. 134, February 1997) about an aircraft fell in the South Lunévillois. Specifically on page 281-mark 11- we quoted allied aircraft dropped 27 August 1944 in the BENAMENIL sector.

In 2009 we published a book "The Resistance Fréménil" suggesting that an aircraft crash and rescue a crew member by Fréménil resistance group (see article).

In addition to this act of rescue, we made an echo "in memory of the Resistance fighters Fréménil" employing a legitimate need for a plate souvenir to mark the event. The completion of this plate souvenir was effective November 11, 2015 during the anniversary ceremony of November 11, 1918.

Always on our site, Saturday, June 20, 2015, we recalled the composition of the local Resistance group, the rescue of a crew member of the aircraft of 27 August 1944 (date previously mentioned), and evocation it makes the shadow of soldiers needed to be rescued from oblivion.

In the discrete world of researchers of this story falls aircraft of World War II, experts argue seriously. Subject to ever more specific information about this crash, we can give a picture of the tragedy. Long billed as a US Flying Fortress aircraft is actually an English aircraft of the RAF.

This is a kind AVRO LANCASTER MkI the No. 61 Squ. British Night Bombardier aircraft (Royal Air Force) four-engine.

His mission: Bombing of Rüsselsheim (Germany)

The takeoff 08/25/1944 at 20h32- Base LUDFORD MAGNA Lincolnhir UK (England)

No. plane: NN SR-705 Type O LANCASTER MkI

No. Squadron: No. 101 Squadron

The crew was composed of 9 members:

    Board- Chief Pilot: FO. STEEL Malcom Joseph 31 (RN ZAF) Newealand Royal Air Force
    Flying Officer - Pilot : FO. ROSS William 23 (RC AF) Royal Canadian Air Force
    Flight Engineer : Sgt. BRIERS John William 36 (VR) Volunteer Reserve
    Navigator - Air Bomber F.Sgt. Eric SCHOFIELD 33 (VR) "
    Air Bomber - Radio Operator : F.Sgt. REID John MacDonald 20 (RV) "
    Wireless Operator - Gunner Sgt. ROWLEY Peter Joseph 22 (VR) "
    Air Gunner Sgt. BRACEGIRDLE Julian Charles 26 years (VR) "
    Air Gunner Sgt. H.T WELL Harry 32
    Gunner Sgt. MORE Thomas


Note that the normal crew of a MkI LANCASTER consists of 7 members. So there were 2 more people for this mission.

If one refers to the story of Gaston CARMENTRE resistant which operated the rescue of a crew member, the LANCASTER returning from his mission of bombing Germany had flown OGEVILLER with an engine on fire. Continuing its low-altitude race above the forest MONDON, Sergeant Thomas MORE gunner would have the opportunity to parachute and landing abruptly on the edge of the wood in the municipality of BENAMENIL. The resistance group including Julien Malgras quickly made to rescue the airman wounded in the legs by hiding him home to Fréménil. Gaston CARMENTRE reminds us in his story (see "The resistance Fréménil '2009 page 21) episode of transporting injured hidden in a hay cart to BENAMENIL from Dr. SEGALL itself resistant, as well as return to Fréménil using the same ploy. We know that Sergeant Thomas MORE (registration number 978951) after healing could find freedom through the evacuation chain of Resistance.

What happened to the plane and 8 crew members remaining?

Presumably he has difficulty flying with its engine on fire in the uncertain hope of a return to its base.

We have not found the exact place of falling LANCASTER. Can we locate it in the South region NANCY or Toul? What is certain is that the 8 crew members died and now based at the British Cemetery CHOLOY-MENILLOT (54). Emphasize youth crew this LANCASTER who gave his life that we might live today PEACE. Do not forget them. also keep the memory of resistant Fréménil, effective actors of rescue Gunner Thomas MORE, which should not, too, fall into oblivion.

To supplement our research we realized the military cemetery of CHOLOY-MENILLOT (CD118-Foug Toul) in the British-New Zealand's necropolis where we found the graves of eight RAF airmen buried in this cemetery. They are united now in one line off [1D] reconstituting forever LANCASTER MkI the crew of the squadron 101 Squ. that crashed Aug. 26, 1944.

    1D1- Twell Tomb Sergeant Harry Gunner 32 (English) Unique Number 515294
    Tomb 1D2- BRACEGIRDLE Sergeant Julian Charles 26 years Gunner "2209182
    Tomb 1D3- Pilot Officer Malcom Joseph STEEL 31 years Driver Skipper "424533
    (Newzealand Royal Air Force)
    Tomb 1D4- Sergeant Airman Eric SCHOFIELD 33 Bombardier Navigator (English) "1506088
    ROWLEY falls 1D5- Sergeant Joseph Peter Gunner 22 (English) "1579631
    Tomb 1D6- Pilot Officer William ROSS 23 Mechanic 2nd Driver "J / 26796
    (Royal Canadian Air Force)
    Tomb 1D7- BRIERS Sergeant John William 36 years Navigator (English) "1815067
    Tomb 1D8- Sergeant Airman REID John MacDonald 20 Bombardier Operator Radio (English) "1318282

The youngest was 20, most aged 36 years ...

They gave their lives to liberate the country where we can live in PEACE. Do not forget them.

This leaves the following questions:

    What is the exact location of the fall of LANCASTER 101 Squadron?
    What happened to Sergeant Thomas MORE (registration number 978951) after his rescue by the resistant Fréménil group?

Regarding the crash of the RAF LANCASTER we launch an APPEAL to all South municipality of the department 54 which was the scene of the accident to report us the event. Maybe the eight deceased airmen were buried temporarily in local (municipal cemetery for example) before finally rest at the military cemetery of CHOLOY-MENILLOT which could be included in the municipal archives in 1944.

Hopefully more later thanks to our researchers in history.

For now, we have the progress of historical research on this episode of the Second World War:

    Michel AUBURTIN of FAMECK (57)
    Alain CARMENTRE of MANONVILLER (54)
    Jerome Leclerc of VEZELISE (54)
    René Loubette of BENAMENIL (54)
    Edouard Renière BRUSSELS (Belgium)

Also remember the names of members of the Resistance Fréménil group (Sector 416) have all disappeared today:

    Julien MALGRAS (1905-1995) Group responsible.
    Paulette BENOIT (1916-1971)
    René HENRY (1893-1975)
    Nicolas DENIS (1891-1958)
    Pierre ADAM (1921-1944)
    CARMENTRE André (1924-1984)
    CARMENTRE Gaston (1925-1998)
    Dr. Laurian I.SEGALL (1900-1991)

Do not forget these faithful shadow soldiers.

Jean Spaite August 2016

sources:

    Avro_Lancaster_B_I_PA474 by Kogo - Own work, GFDL, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=473193
    Photos cemetery RAF Choloy-Menillot: Personal Collection

RAF Choloy-Ménillot:
We had some difficulty finding the necropolis of RAF Choloy Ménillot. To avoid these disappointments, you can click on the image below to get a Google map with the coordinates of the cemetery.

vendredi, avril 22 2016

Des pèlerinages...

Jakobs_Brueder-1568.pngOn se souvient qu'après la seconde guerre mondiale, la paix revenue, un groupe de Fréméniloises avait fait le pèlerinage à pied depuis notre village jusqu'à Notre Dame de Bonsecours à NANCY
Il y a quelques années, la presse régionale nous avait présenté Monsieur Claude ROBERT maire de la commune de VANDIERES (54121) qui avait réalisé la longue route du pèlerinage de Saint Jacques de COMPOSTELLE (Espagne) depuis la Lorraine.

Dans un monde où les Pèlerinages apparaissent souvent comme des exceptions, nous vous informons des événements suivants qui peuvent intéresser des marcheurs ( et aussi des croyants ) dans une ambiance de fraternité qui vous laissera un souvenir marquant.

  • 8 Mai 2016  -  38ème pélerinage de DOMREMY à VAUCOULEURS.
    Départ 8 H.30 devant l'église de DOMREMY.
    Bivouac la veille sur le plateau de Beauregard à MAXEY s/ Meuse.
    Organisation : Association "Pélerins de Lorraine".
  • 13,14 et 15 Mai 2016 - 32 ans de marche sur les routes du Pélerinage de chrétienté de PARIS à CHARTRES
    Organisation : Le Chapitre de Saint Sigisbert.
  • 15 Mai 2016          - Petit Pélerinage de LANEUVELOTTE à Saint NICOLAS de PORT pour la Saint Nicolas d'été.
    Départ 9 H. 30 au TREMBLOIS.
    Organisation : Jean-Marie CUNY Le Tremblois 54280 LANEUVELOTTE
    Contact : jmcuny@hotmail.fr

Voilà donc une invitation à prendre la route en marchant en compagnonnage.  Comme le disait au siècle passé Madeleine HOURDIAU la mémoire du village :  "Allez-y z'afants, allez-y don' tant qu'vous pouvez marcher, nem don ! "

Complément :Au moment d'éditer ce texte sur les Pèlerinages, on m'informe de ne pas oublier le Petit Pèlerinage de SIONVILLER à Notre Dame de la Bonne Fontaine à DOMJEVIN pour le 15 Aout. Discret, modeste, mais un exemple dans sa fidélité, il regroupe une dizaine de pèlerins qui, depuis de nombreuses années, marchent sur une distance de 19 Km. en parcourant un décor champêtre, évitant le plus possible les routes à grande circulation.
                        Renseignements : Gérard DARNOIS Auberge La Lorraine Buissonnière 5 Route de Croismare 54300 SIONVILLER
Le groupe de pèlerins de SIONVILLER ne demande qu'a s'étoffer pour parcourir ce cheminement marial qui mérite d'être connu.

BON PELERINAGE à TOUS.

Jean SPAITE      Avril 2016    

Crédit photographique : Wikimedia

lundi, février 15 2016

Fréménil, au temps des soles...

vannier02.jpg

L'Est Républicain du 27 Décembre 2015 a publié un article ayant pour titre "L'osier se récolte en décembre". Le texte a pour cadre la commune de DOMBROT sur VAIR dans la plaine des Vosges à 11,5 Km. de VITTEL et CONTREXEVILLE où exerce un des derniers osiériculteurs de France , Monsieur Régis COLIN. Saviez-vous qu'ils ne sont plus qu'une vingtaine d'osiériculteurs à exercer leur métier en France.

Cette activité n'est pas sans nous rappeler l'époque de l'osier et de la fabrication des paniers qui régnait dans notre vallée de la Vezouze et même au-delà.

vannier01.jpg

Oui, au mois de Décembre par des températures souvent peu clémentes, ils allaient "couper des soles" dans leur "sauci" (1) qu'ils avaient entretenus avec soin dans les mois précédents, nos paysans de notre village. "Au temps des soles" on utilisait le "serpillon" (2) et il fallait se courber pour tailler l'osier occasionnant des courbatures pour les opérateurs et opératrices, car les épouses avaient droit à cette corvée.

L'article concernant Mr. Régis COLIN nous le montre en pleine récolte de l'osier mais à l'aide d'un motoculteur : On n'arrête pas le progrès, nous sommes au XXIème siècle !

Que de souvenirs nous reviennent en mémoire : le bottelage des tiges d'osier, le triage en fonction de la longueur, la mise à l'eau des bottes dans des rigoles pour conserver la souplesse des soles, puis au printemps le pelage et le séchage pour avoir de la belle sole blanche; et enfin la mise en œuvre par le travail de vannerie pour obtenir des paniers aux formes multiples. C'est ainsi que nos ancêtres confectionnaient des volettes pour présenter les tartes et autres pâtisseries, jusqu'aux malles de voyage ou autres valises : du plus petit article au plus volumineux.  Qui ne se souvient de l'habillage en osier des bonbonnes de verre chargées de recevoir "la mirabelle" distillée à l'automne. Peut-être avez-vous encore un de ces merveilleux berceaux en osier qui a abrité le sommeil de vos bébés chéris. Toujours très prisé par les heureux propriétaires d'une cheminée où l'on peut contempler les flammes, le panier de buches reste un accessoire très pratique et toujours demandé.

vannier03.jpg

vannier04.jpg

Mais au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, la concurrence asiatique a provoqué une chute importante de la production nationale de vannerie.  On se souvient également que notre région lorraine a comporté de 1954 à 1963 une école de vannerie située à OGEVILLER notre voisine. Mais il existe toujours depuis plus d'un siècle l’École Nationale de Vannerie et d’osiériculture à FAYS-BILLOT (Haute Marne) qui accueille de nombreux élèves.

Si, après cette lecture évoquant "le temps des soles" et "le monde des paniers", vous éprouvez le besoin de confectionner vous aussi ces beaux articles de vannerie, nous vous proposons trois livres au choix :

  • Techniques de vannerie,      par Sue GABRIEL et Sally GUYMER
    Eyrolles éditeur           → 26,00 Euros
  • Guide de la vannerie,        par Marie PIERONI
    Fleurus éditeur            → 14,95 Euros
  • Manuel pratique de vannerie, par Paul HASLUCK
    Editions Emotion primitive → 22,00 Euros
Et si le cœur vous en dit, pour retrouver "le monde des paniers", projetez un petit voyage dans les Vosges aux environs de VITTEL et visitez le magasin de Monsieur Régis COLIN , Vannier-Osiériculteur
                       220 Rue de la Goutelaine
                       88170  DOMBROT sur VAIR


Notes : (1) SAUCI     →  Terrain de culture des "soles", de l'osier.
            (2) SERPILLON →  Outil de coupe manuel avec une lame en forme de croissant particulièrement coupante.



Jean SPAITE     Février 2016

Crédit photographique :
  • Image 1 - Osériculture Régis Colin - Cliché Vosges Matin
  • Image 2 - Site Blâmont-Info
  • Image 3 et 4 - Clichés personnels de l'auteur

samedi, février 6 2016

Décès d'Yvette Daloz, notre ancienne institutrice

Instituteur_1943.Yvette.Dalloz.jpgNous venons d'apprendre le décès d'Yvette DALOZ le lundi 25 Janvier 2016 dans sa 92ème année, à la maison de retraite Saint Charles de Vézelise. Elle était née le 27 Juillet 1923 à Haguenau où son père, qui était militaire, était responsable de l’hôpital militaire du lieu.

Dans la liste des instituteurs de Fréménil, nous la trouvons en 1942 où elle assure son premier poste d'enseignante à l'âge de 19 ans. La jeune institutrice de ces années de guerre se révèle tout de suite d'une compétence remarquable qui augure une longue carrière dans l'éducation nationale. Elle s'adapte dès le départ aux problèmes particuliers de l'école mixte en milieu rural. Elle complète les traditionnels cours de français, de calcul, d'histoire et géographie, qu'elle présente sous un jour nouveau mieux saisi par ses élèves, sans oublier de les initier au théâtre. Elle réalise en effet une présentation publique où les élèves-acteurs, en touchant un art pour eux inconnu jusqu'alors, leur apporte aussi une certaine assurance dans leur personnalité.

Yvette DALOZ quitte à regret son poste de Fréménil, ses élèves et ses habitants pour intégrer les services du rectorat. Elle gravira les échelons d'une carrière administrative récompensée par les palmes académiques et le titre de commandeur dans l'Ordre National du Mérite. C'est en 1988 qu'elle prend sa retraite restant à Nancy où elle se dévoue à l'Université du Temps libre- Université de la Culture Permanente de Nancy.

Instituteur_2015.Yvette.Dalloz.jpgElle se retrouve dans le petit village de Vaudèmont auprès de sa maman jusqu'au décès de celle-ci. Son séjour à la campagne du Saintois lui permet de s'occuper de jardinage et de confectionner des confitures. Suite à des ennuis de santé, elle est contrainte en Septembre 2015 à intégrer la maison de retraite Saint Charles de Vézelise où elle s'éteint le lundi 25 Janvier 2016. Ses obsèques ont été célébrées le Vendredi 29 Janvier en l'église Saint Gengoult de Vaudémont. Elle repose dans le caveau familial du cimetière local.

Nos condoléances et notre souvenir ému à une personne qui a marqué son passage dans notre village.

Voir aussi sur notre site : "Maires, instituteurs, curés".

Jean SPAITE      Février 2016

Crédit photographique :

Image de 1943 - Collection personnelle de l'auteur
Image récente : Est Républicain du Samedi 30/1/2016  Edition Nancy - Vaudémont, Banlieue Sud

- page 2 de 23 -