Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, juin 2 2018

Le Pont de la Banvoire - Suite

Rappelons nos articles des 28 Février et 25 Mars 2018 concernant le Pont de la Banvoire très endommagé, présentant trois ouvertures en sa chaussée et nécessitant la décision du conseil municipal de Décembre 2017 d'interdire toute circulation sur l'ouvrage, décision affichée sur la barrière dispositif de barrage. Nous avons même rapporté le devis de l'entreprise DERAPPE de Lunéville pour un coût des travaux de restauration estimé à 18.722,80 Euros HT (Réunion du conseil municipal du 8/12/2017).

_Pont_Verdurette_201805_3.jpg

Tout récemment, nous avons découvert le Pont de la Banvoire libéré de sa barrière et de son arrêté municipal d'interdiction de circulation. L'ouvrage endommagé est conservé tel quel, il a bénéficié d'un recouvrement par trois plaques métalliques de grandes dimensions avec raccords de grenaille pour la chaussée.  Les tympans amont et aval présentent toujours une maçonnerie fortement dégradée et une inclinaison inquiétante.

_Pont_Verdurette_201805_2.jpg

Un signal routier limitant la charge des circulations à 2,5 tonnes figure sur un poteau ainsi qu'un disque mentionnant "Baignade interdite" avertit les usagers (réel: ce n'est pas de l'humour en cas de rupture du pont?? !!)

_Pont_Verdurette_201805_1.jpg

Au pied de ce poteau, sur la berge, on notera la présence de deux fûts d'arbres qui ont été dégagés du lit du cours d'eau et qui devaient l'obstruer.

Ces travaux de remise en état provisoire ont été réalisés le Jeudi 24 Mai 2018 sur décision de la mairie par une entreprise de location de matériel pour permettre le passage des convois des exploitants agricoles accédant à la prairie pour la période de la fenaison.

Jean  SPAITE   Juin 2018

Visite du jardin

Visite_Jardin_01_.jpg

A l'invitation de Nicole et Michel MILBACH nous avons répondu avec enthousiasme pour visiter leur jardin du Haut des Meix, chemin de la Maxelle à Fréménil. 

Visite_Jardin_04_.jpg

Saluons cette heureuse initiative qui permet de découvrir un espace fleuri inattendu et mis en valeur par des allées sinueuses où la pompe à balancier du début du siècle dernier cohabite avec un banc de jardin de couleur rose, pendant qu'une brouette garnie de plantes diverses vous accueille à l'entrée du domaine.

Visite_Jardin_03_.jpg

Visite_Jardin_02_.jpg

La maison neuve d'un seul niveau des propriétaires surplombe le terrain en pente légère bordé en son côté part le ruisseau du Haut des Meix aux rives bien entretenues par notre couple jardinier amateur et amoureux des fleurs.

Notons que Nicole fait partie du petit groupe plein de bonnes volontés qui travaille avec bonheur au fleurissement de notre petite commune.

Félicitations et que cette visite du jardin, qui a connu un succès mérité en ce Dimanche 27 Mai 2018, soit aussi un exemple à imiter: il fait bon vivre dans un village fleuri !

Jean  SPAITE  Mai 2018

L'enseigne du tacot

Enseigne_Tacot_03.jpg

C'est en Alsace , notre sœur voisine, que l'on admire de belles enseignes ornant les maisons à l'architecture typique bien connue.

C'est d'ailleurs dans cette charmante province que l'on trouve des artisans de talent fabriquant des enseignes mais également des girouettes.

Depuis peu, une enseigne à l'esprit ferroviaire illustre le défunt TACOT LBB jamais oublié. Cette enseigne est située Grande Rue en angle de la maison faisant face à l'ancien "chemin de la gare", baptisé au fil des ans "chemin du bois", "route de Buriville" et actuellement "Rue des Violettes".

De 1911 à 1942, le chemin de fer à voie métrique a fait circuler des trains de Lunéville à Blâmont et à Badonviller tractés par de sympathiques locomotives à vapeur 130 T construites par les Etablissements CORPET et LOUVET de La Courneuve.

Désormais nous avons un rappel en couleurs de cette période du TACOT sous la forme d'une réplique d'une de ses locomotives qui a marqué durablement la vie des transports dans notre région.

Enseigne_Tacot_01.jpg

Une manière de ne pas oublier un équipement au service de la population, regretté encore aujourd'hui.

Le TACOT appartient à notre HISTOIRE.

Jean  SPAITE   Mai 2018  

dimanche, mai 6 2018

Le voeu de la Paroisse

Dans le cadre des "incroyables histoires de la Meurthe et Moselle", l'Est Républicain du Dimanche 29 Avril 2018 nous rapporte un événement qui se déroule il y a100 ans à DIEULOUARD (54) ancien site de SCARPONE.

A cette époque, c'est l'abbé Gustave CLANCHÉ qui est le curé du lieu depuis le 15 Août 1908.

L'église de style gothique est dédiée à Saint Sébastien.

Eglise_Dieulouard.jpg

La commune de DIEULOUARD, 2.397 habitants en 1906, située sur la rive gauche de la Moselle, entre NANCY au Sud à 24 Km. et PONT à MOUSSON au Nord à 7 Km., se trouve à proximité du front pendant la guerre 1914-1918. Les batailles qui s'y déroulent, occasionnant des tragédies, se traduisent par une angoisse pour le prêtre Gustave CLANCHÉ qui fait un vœu en promettant de construire un monument en l'honneur de la Vierge si DIEULOUARD est épargnée pendant la guerre.

Dans la nuit du 17 au 18 Février 1918, la commune se trouve la cible d'une attaque aérienne allemande et l'église du lieu reçoit deux torpilles à ailettes, calibre 240 pesant 130 Kg. chacune, qui tombent sur l'édifice en traversant la voûte et, MIRACULEUSEMENT n'éclatent pas. Il aurait suffi qu'une seule bombe éclate pour faire exploser l'église.

Le vœu du curé CLANCHÉ est exaucé.

Dés le lendemain, suivant son engagement, il s'emploie à recueillir les fonds pour réaliser la chapelle monument aux morts Notre Dame des Airs qui domine DIEULOUARD depuis la falaise située au Nord de la commune.

Chapelle_Notre_Dame_des_Airs_Dieulouard.jpg

Les voyageurs empruntant la ligne SNCF NANCY-METZ peuvent voir et saluer la Vierge qui a miraculeusement sauvé l'église du lieu il y a 100 ans.

La statue haute de 3 mètres est un signal pour toute la belle vallée de la Moselle.

Depuis 2016, les torpilles allemandes rendues inoffensives ont été classées en ex-voto et sont conservées dans l'église fixées à 2 piliers de la  nef.

Torpille_eglise_Dieulouard.jpg

Ainsi la chapelle Notre Dame des Airs est le monument aux morts de DIEULOUARD.

Nous ne pouvons que faire un rapprochement avec NOTRE commune FREMENIL, pourtant toute proche du front de Lorraine pendant la guerre 1914-1918 (3 Km. à vol d'oiseau) qui a eu le rôle de 1er village à l'arrière de ce front dont la population restée sur place accueillait les poilus avec générosité, soignant les blessés, abritant les hommes comme le matériel; et dans cette position dangereuse, malgré les bombardements a été relativement préservée.

Le 17 Mars 1918, la paroisse émet le vœu d'élever un calvaire devant le cimetière local si le village est épargné par une fin des hostilités. Ce vœu est exaucé le 11 Novembre de la même année et le calvaire deviendra le monument aux morts de la commune.

Fremenil_Monument_aux_Morts_02.jpgFremenil_Monument_aux_Morts_01.jpg

Ayons une pensée reconnaissante pour ces victimes qui ont donné leur vie pour la Patrie.

Le monument aux morts local constitue un rappel durable de ces tragiques événements. Il mérite le respect.

COMPLEMENT :

Nous avons maintes fois évoqué la présence sur notre commune de deux monuments datant de la guerre 1914-1918, à savoir les blockhaus EST et OUEST.

Ces édifices historiques demandent une mise en valeur précisément au moment du centenaire du premier conflit mondiale que l'on célèbre par ailleurs avec force festivités.  

ICI, on oublie ...  

Le blockhaus OUEST a eu droit à un petit panneau rappelant son existence, mais oubliant une rénovation réalisable pourtant avec un peu de bonne volonté.

A l'EST, l'ouvrage bétonné sombre dans le plus grand oubli, sous une végétation abondante, l'apport déplorable de déchets les plus divers, et...sans réaction de la part des vivants d'aujourd'hui !!  Il mérite d'être sauvé de l'abandon.

Les Poilus, nos aînés, qui de leurs mains, il y a un siècle, ont construits ces ouvrages, appellent "AU SECOURS"...

Et si des bénévoles répondaient à leur appel ?

Des scouts par exemple, ou des jeunes s'attelant à un chantier d'été ?

Pourquoi pas...

Formulons le VOEU, et attendons le MIRACLE...

Jean  SPAITE  Mai 2018

mercredi, mai 2 2018

Au temps des Terrettes

CrecelleSous le titre "Les bruands renouent avec la tradition", l'Est Républicain du 05/04/2018 nous rapporte qu'à BENNEY (54), les jours précédents Pâques les cloches de l'église étant parties à ROME ont été remplacées par "les bruands" autre nom des crécelles. La tradition est ainsi respectée avec fidélité. Rendons hommage aux gens de BENNEY, petits et grands, qui perpétuent cette coutume pascale.

On ne peut que regretter que chez nous, "les terrettes se sont tues" depuis 2011.  

Voir nos articles :

Il suffirait sans doute d'un peu de bonne volonté pour entraîner la population jeune (qui est ici importante) à renouer avec la tradition.

"Si seulement Les terrettes pouvaient ne plus rester muettes".

Jean SPAITE  Avril 2018  

- page 2 de 25 -