Maison_Manonviller_120703.jpg

Présentation

Sur un cahier d'école aux pages jaunies je retrouve des notes écrites par ma grand-mère Mme Alice MANONVILLER (1874-1961) qui habitait 5 Grande Rue à FREMENIL. Il s'agit de pages d'histoire de la deuxième guerre mondiale qui rappellent des évènements, mais aussi des noms de personnages, de soldats venus faire la guerre depuis l'autre bout de la France jusqu'à notre Lorraine. On y parle de tout, même du mauvais temps avec la neige dans nos hivers si durs de ces années de guerre. Laissons place au récit.

Période 1939-1943

1939

  • 28 Décembre 1939.- C'est le 52ème Régiment d'Artillerie Lourde de PERIGUEUX (Dordogne) qui est en stationnement ici. J'ai sur le grenier 17 Hommes et 8 chevaux. Noms des militaires: Brigadiers PAROT et GALATEAU. CHANTEAU, LABROS, DEMARTY, AMELIN, MARTIGNE, ROUQUET, REVERDY, BOYER, OLIAS, ANGO, DECOUTS Louis, BONNAIN, ROBERT, DELAINGEAS, DESOGES. Départ le 2 Février 1940.

1940

  • 4 Février 1940.- 221ème Régiment d'Artillerie Lourde de PERIGUEUX (Dordogne). Je n'ai personne d'hommes ni chevaux. Départ le 12 Mars 1940.
  • 16 Juin 1940.- Logé 1 officier polonais 1 nuit. Parti le 18 Juin 1940.
  • 18 Juin 1940.- Nous avons passé la nuit à la cave et presque la journée. FREMENIL n'a pas eu de dégât. Quelques obus dans la campagne.
  • 19 Juin 1940.- Les allemands entrent à FREMENIL. Je loge 1 capitaine et 8 hommes sur le grenier.
  • 22 Juin 1940.- Les allemands quittent FREMENIL.
  • 24 Juin 1940.- Il en arrive 150 hommes . C'est des autrichiens. Un orage épouvantable, le tonnerre est tombé chez DIDELOT (1 Grande Rue).
  • 25 Juin 1940.- Il pleut. Les allemands sonnent les cloches, c'est pour l'armistice disent-ils.
  • 26 Juin 1940.- On a frappé à son de caisse (tambour) la poste reprend à partir du 27 Juin.
  • 28 Juin 1940.- Toujours les mêmes troupes autrichiennes. On apprend que la Russie est en guerre avec l'Allemagne et que leurs troupes sont à 50 Km. de BERLIN, et aussi que la Turquie a déclaré la guerre à l'Allemagne.
  • 1er Juillet 1940.- Des troupes sans interruption s'en vont vers DOMJEVIN, des tanks, des mitrailleuses, on dit qu'ils s'en vont.
  • 2 Juillet 1940.- Des tanks passent sur la route (RN4 Paris-Strasbourg) et vont vers DOMJEVIN.
  • 3 Juillet 1940.- L'électricité est rétablie, la lumière marche.
  • 6 Juillet 1940.- L'eau remarche aussi, on vient de venir voir s'il n'y avait rien à réparer dans les lampes, moteurs.
  • 7 Juillet 1940.- On dit de VEHO : Un officier polonais resté caché tire sur un officier allemand et le blesse gravement, on ne le trouve pas de suite, le maire et 9 hommes sont enfermés et seront mis à mort si on ne trouve pas (le coupable). Le lendemain on dit que l'officier polonais a été fusillé.
  • 8 Juillet 1940.- Il y a beaucoup de troupes allemandes de passage. J'ai un capitaine à la chambre, des chevaux à la grange et des hommes plein le grenier. Ils vont vers SARREBRUG (Sarrebourg? Sarrebruck?).
  • 9 Juillet 1940.- A 5 heures du matin départ de ces troupes, il reste encore les autrichiens.
  • 10 Juillet 1940.- Il m'arrive une lettre de Marcelle par une dame BANI (?) de DOMEVRE. BAJOLET vient de me dire que le tacot va marcher (le chemin de fer LBB).
  • 11 Juillet 1940.- De nouvelles troupes de passage mais pas dans notre quartier.
  • 12 Juillet 1940.- Je reçois une lettre de NANCY. Toute la famille est rentrée le 8 Juillet par le 1er train passant à MARTIGNY( Martigny les Bains -Vosges) 
  • 17 Juillet 1940.- Le tacot remarche comme avant.
  • 21 Juillet 1940.- Les autrichiens sont partis, le village est calme.
  • 3 Août 1940.- Il y a 10 prisonniers qui viennent travailler chez les cultivateurs (prisonniers français ? polonais ?)
  • 6 Décembre 190.- Logé 6 hommes au grenier- 2 sous-officiers à la chambre devant.
  • 7 Décembre 1940.- Ils sont partis à 8 heures du matin.

1941

  • 2 Janvier 1941.- La neige tombe sans arrêt depuis hier, à midi il y en a plus d'un mètre par place.
  • 8 Janvier 1941.- Depuis le 2 Janvier, plus de courrier, il y a trop de neige, le tacot ne marche plus. Aujourd'hui 8 Janvier le facteur passe à 6 heures du soir.

1942

  • 13 Février 1942.- Pas de courrier, il y a 1 mètre de neige par place.
  • 14 Février 1942.- Pas de tacot, ni de courrier, 2 mètres de neige par place.
  • 16 Février 1942.- Les dépêches arrivent aujourd'hui, on va les chercher à BLAMONT.
  • 31 Août 1942.- Dernier trajet du tacot supprimé pour les voyageurs. Jusqu'au 15 Septembre pour les marchandises.
  • 1er Septembre 1942.- Les Rapides de Lorraine remplacent le tacot. Ils passent à FREMENIL, arrêt chez Mr BENOIT (le café du village).

1943

  • 9 Avril 1943.- C'est tout blanc de neige le matin.

Conclusion

Ce retour dans le passé, même si la chronologie n'est pas continue, nous donne une image des évènements peu ou mal connus. On voit que l'armée, amie ou ennemie, logeait chez l'habitant, dans les pièces habitables mais aussi dans les greniers. Et dans nos hivers lorrains, à cette époque, on se retrouve dans un paysage tout blanc, avec 2 mètres de neige par endroit !!!

Rappelons qu'en 2009 nous avons publié un ouvrage "La résistance à FREMENIL" donnant un éclairage sur cette histoire de la 2ème guerre mondiale. En 1994 c'est "L'évacuation 1944" que nous avons publié en nous rapportant aux notes prisent par Alice MANONVILLER sur la période 1944-1945. Pour mémoire sur le site fremenil.com : "Un peu d'histoire à partir d'une carte postale de FREMENIL"  nous permet d'évoquer la 1ère guerre mondiale 14-18 à FREMENIL. 

Rendons hommage à Alice MANONVILLER pour son travail d'écriture qui nous permet de mieux apprécier nos heures de PAIX actuelles, mais également montrer l'intérêt d'une relation des évènements que nous vivons au jour le jour au cours d'une existence. Peut-être que des familles de la région de PERIGUEUX vont découvrir le nom d'un de leurs aïeux ayant séjourné à FREMENIL pendant l'hiver 1939-1940.

Bonne lecture à tous.

Jean SPAITE   Septembre 2016.