jean-lanher.jpgC'est avec émotion que nous avons appris le dècés jeudi 4 Janvier 2018 à l'âge de 94 ans de Jean LANHER Professeur d'Université de Lorraine .

Né à Montmédy (Meuse) dans une famille d'agriculteur, il est resté toute sa vie en relation étroite avec le monde paysan.

Professeur d'Université à la Faculté de lettres de Nancy, il s'était donné une spécialité de faire connaître les richesses du patois lorrain quelque peu oublié de nos jours.  On lui doit un Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine romane en collaboration avec Alain LITAIZE et Jean RICHARD, mais aussi un Dictionnaire du français régional de Lorraine paru en 1990 qui fait référence. Admis à la retraite en 1993, il avait poursuivi ses conférences et donnait également des cours à l'Université de la culture permanente.

Rappelons qu'au début du XXéme siècle, les patois régionaux pratiqués dans chacune des provinces avaient fait l'objet d'une guerre linguistique menée par les "maîtres d'écoles" obéissant à Jules FERRY pour étendre le français à tout le pays. Les écoliers d'alors étaient punis s'ils parlaient le patois alors que, lorsqu'ils rentraient à la maison, leurs parents et surtout leurs grand-parents pratiquaient toujours le patois chez eux.

C'était le temps du certificat d'études oublié de nos jours !!

Nous constatons que la langue française qui devait régner dans toute la nation se trouve aujourd'hui menacée par des altérations parasites. Mais ça, c'est une autre histoire !!

Un souvenir personnel me revient en mémoire. Il date des années 1960-1970. A l'issue d'une des conférences de Jean LANHER, nous avions dialogué avec passion sur des mots de patois lorrain. Suite à la demande de Jean LANHER, je proposai le verbe "châcher" qui signifie tasser à l'aide de ses pieds. Quand on rentre le foin, on le monte au grenier, et, pour gagner de la place, réduire le volume, on le tasse en marchant dessus. Cette tâche était souvent dévolue à la jeunesse et se traduisait par une belle gaieté !

Parmi les acteurs du dialogue improvisé par Jean LANHER se trouvait le Père BRANDICOURT (1) ardent défenseur du patois lorrain mais également expert en latin. Et le Père BRANDICOURT nous rappela que le verbe lorrain "châcher" avait des relations latines avec "les jambes". Donc pour "châcher" le foin on utilise ses jambes.  Ainsi nous constations que notre patois lorrain avait des racines latines.

Rendons hommage à Jean LANHER qui a permis de faire connaître "notre patois lorrain" et même d'une certaine manière de le faire revivre.

A ce titre, il devait figurer avec honneur sur notre site.

 (1)  Le Père BRANDICOURT.  Personnage religieux bien connu dans toute la Lorraine. Jésuite il était aumônier à la prison Charles III de Nancy mais s'était révélé un créateur de talent du Théâtre de marionnettes sacrées de Nancy. Il avait été ordonné prêtre en 1931. Sa parfaite connaissance de la Lorraine se révélait dans ses réparties aux accents du terroir : Il savait parler le patois.

Jean  SPAITE  Janvier 2018

Crédit photographique : l'Est Républicain du Samedi 6 Janvier 2018