Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - militaria

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, juin 1 2017

Sauvons le blockhaus Est

Non, ce n'est pas la première fois que nous vous parlons des blockhaus situés sur notre commune et tout particulièrement du Blockhaus Est qui gît en plein abandon.

Blockhaus_Est_2017_01.jpg

Blockhaus_Est_2017_02.jpg

Depuis notre dernier article en date de Dimanche 9 Avril 2017, illustré par une photo montrant l'état d'envahissement par la nature de l'ouvrage militaire centenaire, nous sommes retournés sur place le Samedi 13 Mai. Constat : Un dépôt de terre important tente de faire écran au blockhaus Est abandonné. Une manière de dire sans vergogne : "Loin des yeux, loin du coeur ". La dernière photographie est affligeante. En un mois de temps, on affiche encore plus son mépris en occultant le sujet. Ces deux vestiges militaires font partie du Patrimoine et ont droit à un respect légitime par une mise en valeur.

Blockhaus Est, Facade Nord, 1979

Rappelons Edmont DELORME, Historien érudit, Président fondateur de l'Association des Amis des Beaux Arts et des Arts Industriels de l'Arrondissement de Lunéville, dans son ouvrage "Lunéville et son Arrondissement" 1927-Tome 2- Pages 202-203 : "Village ...(où l'on ) retrouve la plus curieuse des constructions blindées que cette guerre a laissées dans notre région". Suit la description des ouvrages bétonnés.

Blockhaus_Est_Delorme.jpg
Plus près de nous, le site de la Communauté de Communes de la Vezouze rappelle dans son inventaire des monuments intéressants de la Vallée de la Vezouze (Rubrique:Zoom Communes: Fréménil)...les blockhaus de Fréménil. Il convient donc de préserver ces témoins du passé.   

De notre coté sur notre site nous avons fait paraître de nombreux articles appelant au sauvetage et à la mise en valeur de ces monuments. En voici le rappel :

  • 25 Mars     2006   >  Monuments.
  • 30 Octobre  2008   >  11 Novembre 1918-11 Novembre 2008: 90 ans déjà.
  • 14 Février  2009   >  Réquiem pour un blockhaus.
  • 31 Mai      2013   >  Souvenirs de 14-18: 100 ans, un anniversaire.
  • 15 Décembre 2013   >  Centenaire de la guerre 14-18.
  • 12 Mai      2014   >  Blockhaus à l'abandon.
  • 11 Juillet  2015   >  Les maisons nouvelles.
  • 23 Février  2016   >  Le blockhaus Ouest.
  • 4 Aout     2016   >  Préservation du Patrimoine.
  • 9 Avril    2017   >  Le blockhaus Est.

Voilà plus de 10 Ans que nous appelons AU SECOURS, sans résultat.

Quelle ingratitude vis à vis de ces poilus, nos aînés, qui ont construit de leurs mains il y a un siècle ces ouvrages de défense destinés à protéger notre village et ses habitants.  L’œuvre de nos aïeux ne doit pas tomber dans l'oubli.

 Ah ! Si tous les gars du monde voulaient se donner la main...

Renouvelons notre APPEL AU SECOURS, en espérant , enfin, en une réalisation de la mise en valeur des blockhaus de Fréménil, dans le respect de ceux qui nous ont précédés. N'oublions jamais que les générations à venir jugeront sans pitié les générations précédentes. Le mépris du Patrimoine témoin de l'Histoire sera traduit comme une faute impardonnable.

Jean  SPAITE     Mai 2017  

dimanche, avril 9 2017

Le blockhaus Est

NON, ce n'est pas la première fois que nous vous parlons des monuments militaires, témoins de la première guerre mondiale, implantés à chaque extrémité de notre commune. Déjà,  à la veille de la commémoration du centenaire, nous avions fait paraître un article souhaitant réveiller en local la fibre patriotique ( Souvenirs de 14-18: 100 ans un anniversaire )

Seul geste, le dégagement de la partie supérieure du Blockhaus OUEST (côté Domjevin-Bénaménil) qui a eu droit au désherbage des chardons et des orties poussant sur un dépôt inapproprié de terres (article "Blockhaus Ouest" ).

Le Blockhaus Est dit du Cimetière (côté Ogéviller) particulièrement négligé se trouve asphyxié par la végétation laquelle, oubliée de tout entretien depuis de nombreuses années, se traduit notamment par la présence d'arbres qu'il est grand temps de transformer en bois de chauffage, ce qui n'est pas un chantier insurmontable.

A l'occasion du Centenaire du premier conflit mondial, en mémoire de nos ancêtres, ces braves Poilus qui ont construit avec sueur, avec fatigue, avec peine ces monuments peu communs de la stratégie militaire, les deux blockhaus de FREMENIL doivent être sauvés et mis en valeur. Le devoir de mémoire passe par cette étape. C'est un acte de respect envers nos soldats, une preuve que leurs sacrifices n'ont pas été vains.

Nous publions une photo récente du Blockhaus Est vue partie arrière avec les deux porches d’accès, mais entouré d'une végétation abondante et indécente.

Blockhaus_Est_2017.jpg
En saisissant "Blockhaus" dans le champ "Rechercher" et en cliquant sur "ok" vous pourrez consulter tous les articles concernant les Blockhaus de FREMENIL.



Jean  SPAITE   Avril 2017

jeudi, mars 16 2017

Photo de la 2éme DB de Leclerc, prise à Fréménil

Nous vous avons récemment présenté une photographie de notre village vieille de plus d'un siècle ( article du 25/02/2017: Vieille photo de la maison de Camille MANONVILLER ). Poursuivons notre quête dans l'Histoire.
CharShermannFremenil441107.jpg
Nos recherches dans le temps passé nous amènent à vous présenter une belle photo prise au cours de la deuxième guerre mondiale dans notre village.  Nous sommes le Mardi 7 Novembre 1944 dans le quartier du Faubourg. Le photographe militaire, le Lieutenant Michel de MISCAULT, doit se positionner à proximité du N° 33 de la Grande Rue (là où habite actuellement Mr et Mme Philippe DOIZENET). Il tourne le dos à BENAMENIL et regarde vers le centre du village où l'on reconnaît le clocher de l'église St Pierre qui dépasse de l'ensemble des toitures. Un char SHERMAN est bien visible sur la droite, près du N° 31 (là où habite actuellement Mr et Mme Patrick LOUIS-CASTET). Sur la partie gauche de la Grande Rue, un autre char SHERMAN est stationné entre les N° 34 et 36.

Que nous apprend ce document historique ?

  • Depuis le Mardi 3 Octobre 1944, la population de FREMENIL a été évacuée, chassée de son village par ordre des Allemands. Les pauvres "Piquants" sont partis du côté de BLAMONT et de CIREY sur Vezouze, laissant la place à la WEHRMACHT qui résiste face à nos Libérateurs. Les habitants ne pourront retrouver leur village enfin libéré mais meurtri, pillé, que le Vendredi 24 Novembre 1944.
  • Mardi 31 Octobre 1944 la 2ème DB libère BACCARAT.
  • Mercredi 1er Novembre 1944, prise de PETTONVILLE puis d'HERBEVILLER.
  • Vendredi 3 Novembre, le 4éme escadron de la 2ème DB se porte à l'Ouest de FREMENIL.
  • Mardi 7 Novembre l'escadron est cantonné dans la partie Ouest du village, donc le quartier du Faubourg. A cette même date, de l'autre côté de la Vezouze, le village de DOMJEVIN est tenu par les Américains, cependant que toujours chez nous à FREMENIL il tombait une ou deux fois par jour quelques obus allemands surtout sur la place de l'église. On peut situer les impacts de ces bombardements sur les maisons de la Grande Rue N° 28 (maison Camille MANONVILLER-aujourd'hui Marcel HENRY) et N° 20 (maison HUMBERT puis Henri VOUAUX - aujourd'hui Yan LECLERC).

Le lendemain Mercredi 8 Novembre vers 11 H 30, trois ou quatre obus ennemis tombent encore sur la place de l'église causant la mort du sous-lieutenant VAUTRIN. On peut penser que ce sont ces bombardements successifs qui ont occasionné la destruction par les déflagrations de tous les vitraux de l'église St Pierre. Et en ces journées de Novembre 1944, les soldats de l'armée LECLERC notent le débordement de la Vezouze dans la prairie, phénomène que nous connaissons encore de nos jours.

Et la marche victorieuse s'est poursuivie en direction de STRASBOURG libérée effectivement le Jeudi 23 Novembre 1944.  C'était HIER....


Une nouvelle fois, la découverte d'une photographie nous a permis de faire un voyage dans le passé et a mieux connaître l'histoire de notre village.


Jean  SPAITE     Mars 2017

Crédit photographique : Cette photo est issue d'un récit illustré de la campagne 44 du Lieutenant Michel de MISCAULT (12e RCA / 4e escadron / 3e peloton de la 2e DB) publié sur le site 2db.forumactif.com 

Nous n'avons retenu que la photo concernant Fréménil mais je vous encourage vivement à consulter ce passionnant journal de marche qui vous conduira de Bournemouth, en Angleterre le 24/7/1944 jusqu'en Allemagne (Schondorf-am-Amersee) le 10 mai 1945. Le Colonel Michel de Miscault s'est éteint le 11 mai 2015.

lundi, novembre 14 2016

11 Novembre 2016 - Cérémonie du Souvenir

11_novembre_2016_-_04.jpg

La traditionnelle cérémonie du Souvenir de la célébration de l'armistice de la première guerre mondiale s'est déroulée au monument aux morts devant le cimetière communal.

A 10 H. malgré un temps incertain et plutôt frais, une partie de la population s'était rassemblée autour de Mr. Patrick LOUIS-CASTET Maire de la commune et du Commandant BOULANGER E.R.  Cette année 2016 nous avions la présence de 6 Sapeurs-Pompiers du centre d'intervention de Lunéville en uniforme et de 4 Porte-drapeaux du Souvenir Français. La chorale locale était aussi présente. Après lecture de la lettre du Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Défense chargé des anciens combattants et de la mémoire, l'appel des morts de la guerre enfants de Fréménil, et le dépôt de deux gerbes de fleurs, la musique de la Marseillaise,notre hymne national, a retenti dans notre campagne lorraine. Mr. le Maire a ensuite invité les participants à la cérémonie au vin d'honneur qui s'est déroulé dans la maison communale.

La cérémonie du Souvenir nous rappelle le sacrifice de ces enfants du début du XXème siècle qui ont terriblement souffert lors de la grande guerre 14-18 en y rattachant également les morts de la seconde guerre mondiale.
Qu'ils reposent en Paix.


Jean  SPAITE     Novembre 2016

11_novembre_2016_-_01.jpg11_novembre_2016_-_02.jpg11_novembre_2016_-_03.jpg

vendredi, septembre 23 2016

Deuxième Guerre Mondiale (Période 1939-1943 à Fréménil)

Maison_Manonviller_120703.jpg

Présentation

Sur un cahier d'école aux pages jaunies je retrouve des notes écrites par ma grand-mère Mme Alice MANONVILLER (1874-1961) qui habitait 5 Grande Rue à FREMENIL. Il s'agit de pages d'histoire de la deuxième guerre mondiale qui rappellent des évènements, mais aussi des noms de personnages, de soldats venus faire la guerre depuis l'autre bout de la France jusqu'à notre Lorraine. On y parle de tout, même du mauvais temps avec la neige dans nos hivers si durs de ces années de guerre. Laissons place au récit.

Période 1939-1943

1939

  • 28 Décembre 1939.- C'est le 52ème Régiment d'Artillerie Lourde de PERIGUEUX (Dordogne) qui est en stationnement ici. J'ai sur le grenier 17 Hommes et 8 chevaux. Noms des militaires: Brigadiers PAROT et GALATEAU. CHANTEAU, LABROS, DEMARTY, AMELIN, MARTIGNE, ROUQUET, REVERDY, BOYER, OLIAS, ANGO, DECOUTS Louis, BONNAIN, ROBERT, DELAINGEAS, DESOGES. Départ le 2 Février 1940.

1940

  • 4 Février 1940.- 221ème Régiment d'Artillerie Lourde de PERIGUEUX (Dordogne). Je n'ai personne d'hommes ni chevaux. Départ le 12 Mars 1940.
  • 16 Juin 1940.- Logé 1 officier polonais 1 nuit. Parti le 18 Juin 1940.
  • 18 Juin 1940.- Nous avons passé la nuit à la cave et presque la journée. FREMENIL n'a pas eu de dégât. Quelques obus dans la campagne.
  • 19 Juin 1940.- Les allemands entrent à FREMENIL. Je loge 1 capitaine et 8 hommes sur le grenier.
  • 22 Juin 1940.- Les allemands quittent FREMENIL.
  • 24 Juin 1940.- Il en arrive 150 hommes . C'est des autrichiens. Un orage épouvantable, le tonnerre est tombé chez DIDELOT (1 Grande Rue).
  • 25 Juin 1940.- Il pleut. Les allemands sonnent les cloches, c'est pour l'armistice disent-ils.
  • 26 Juin 1940.- On a frappé à son de caisse (tambour) la poste reprend à partir du 27 Juin.
  • 28 Juin 1940.- Toujours les mêmes troupes autrichiennes. On apprend que la Russie est en guerre avec l'Allemagne et que leurs troupes sont à 50 Km. de BERLIN, et aussi que la Turquie a déclaré la guerre à l'Allemagne.
  • 1er Juillet 1940.- Des troupes sans interruption s'en vont vers DOMJEVIN, des tanks, des mitrailleuses, on dit qu'ils s'en vont.
  • 2 Juillet 1940.- Des tanks passent sur la route (RN4 Paris-Strasbourg) et vont vers DOMJEVIN.
  • 3 Juillet 1940.- L'électricité est rétablie, la lumière marche.
  • 6 Juillet 1940.- L'eau remarche aussi, on vient de venir voir s'il n'y avait rien à réparer dans les lampes, moteurs.
  • 7 Juillet 1940.- On dit de VEHO : Un officier polonais resté caché tire sur un officier allemand et le blesse gravement, on ne le trouve pas de suite, le maire et 9 hommes sont enfermés et seront mis à mort si on ne trouve pas (le coupable). Le lendemain on dit que l'officier polonais a été fusillé.
  • 8 Juillet 1940.- Il y a beaucoup de troupes allemandes de passage. J'ai un capitaine à la chambre, des chevaux à la grange et des hommes plein le grenier. Ils vont vers SARREBRUG (Sarrebourg? Sarrebruck?).
  • 9 Juillet 1940.- A 5 heures du matin départ de ces troupes, il reste encore les autrichiens.
  • 10 Juillet 1940.- Il m'arrive une lettre de Marcelle par une dame BANI (?) de DOMEVRE. BAJOLET vient de me dire que le tacot va marcher (le chemin de fer LBB).
  • 11 Juillet 1940.- De nouvelles troupes de passage mais pas dans notre quartier.
  • 12 Juillet 1940.- Je reçois une lettre de NANCY. Toute la famille est rentrée le 8 Juillet par le 1er train passant à MARTIGNY( Martigny les Bains -Vosges) 
  • 17 Juillet 1940.- Le tacot remarche comme avant.
  • 21 Juillet 1940.- Les autrichiens sont partis, le village est calme.
  • 3 Août 1940.- Il y a 10 prisonniers qui viennent travailler chez les cultivateurs (prisonniers français ? polonais ?)
  • 6 Décembre 190.- Logé 6 hommes au grenier- 2 sous-officiers à la chambre devant.
  • 7 Décembre 1940.- Ils sont partis à 8 heures du matin.

1941

  • 2 Janvier 1941.- La neige tombe sans arrêt depuis hier, à midi il y en a plus d'un mètre par place.
  • 8 Janvier 1941.- Depuis le 2 Janvier, plus de courrier, il y a trop de neige, le tacot ne marche plus. Aujourd'hui 8 Janvier le facteur passe à 6 heures du soir.

1942

  • 13 Février 1942.- Pas de courrier, il y a 1 mètre de neige par place.
  • 14 Février 1942.- Pas de tacot, ni de courrier, 2 mètres de neige par place.
  • 16 Février 1942.- Les dépêches arrivent aujourd'hui, on va les chercher à BLAMONT.
  • 31 Août 1942.- Dernier trajet du tacot supprimé pour les voyageurs. Jusqu'au 15 Septembre pour les marchandises.
  • 1er Septembre 1942.- Les Rapides de Lorraine remplacent le tacot. Ils passent à FREMENIL, arrêt chez Mr BENOIT (le café du village).

1943

  • 9 Avril 1943.- C'est tout blanc de neige le matin.

Conclusion

Ce retour dans le passé, même si la chronologie n'est pas continue, nous donne une image des évènements peu ou mal connus. On voit que l'armée, amie ou ennemie, logeait chez l'habitant, dans les pièces habitables mais aussi dans les greniers. Et dans nos hivers lorrains, à cette époque, on se retrouve dans un paysage tout blanc, avec 2 mètres de neige par endroit !!!

Rappelons qu'en 2009 nous avons publié un ouvrage "La résistance à FREMENIL" donnant un éclairage sur cette histoire de la 2ème guerre mondiale. En 1994 c'est "L'évacuation 1944" que nous avons publié en nous rapportant aux notes prisent par Alice MANONVILLER sur la période 1944-1945. Pour mémoire sur le site fremenil.com : "Un peu d'histoire à partir d'une carte postale de FREMENIL"  nous permet d'évoquer la 1ère guerre mondiale 14-18 à FREMENIL. 

Rendons hommage à Alice MANONVILLER pour son travail d'écriture qui nous permet de mieux apprécier nos heures de PAIX actuelles, mais également montrer l'intérêt d'une relation des évènements que nous vivons au jour le jour au cours d'une existence. Peut-être que des familles de la région de PERIGUEUX vont découvrir le nom d'un de leurs aïeux ayant séjourné à FREMENIL pendant l'hiver 1939-1940.

Bonne lecture à tous.

Jean SPAITE   Septembre 2016.

- page 1 de 10