Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - religion

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, novembre 13 2017

Première messe à Fréménil par le Père Clément Calvin YON

cureYon171022.jpgLe Samedi 11 Novembre 2017 une cérémonie religieuse s'est déroulée à Fréménil en l'église St Pierre aux liens, présidée par le nouveau prêtre Clément Calvin YON de la paroisse St François du Blamontois.

Pour notre petite église il s'agissait de la première messe en notre clocher depuis le départ en retraite du Père Claude HUMBERT et avec un cérémonial tout particulier puisqu'il s'agissait également de l'anniversaire de l'armistice de la première guerre mondiale.

L'Association des Anciens Combattants du Secteur du Blamontois avait présenté une délégation d'anciens combattants et médaillés militaires accompagnée de cinq porte-drapeaux.  Ce rappel patriotique a permis d'évoquer avec émotion le sacrifice de la génération qui nous a précédé et à qui nous devons être reconnaissant de pouvoir vivre en Paix aujourd'hui, même s'il a fallu affronter un second conflit mondial pour obtenir enfin une Paix durable. A 11H.11 exactement, les cloches de notre église ont salué ce jour historique dans un concert sonore auquel se sont joints en écho les clochers des alentours. Une belle façon de souligner cette commémoration inscrite dans l'Histoire de Notre France en lettres d'or mais également en lettres du sang des nombreuses victimes de ce conflit.

Rappelons que le Père Clément Calvin YON est né en 1976 à DOUALA au CAMEROUN et a été ordonné prêtre en 2013 à ADZOPE en COTE d'Ivoire. Le nouveau curé chargé du secteur du Blamontois, âgé de 41 ans, poursuit également ses études de droit canonique à l'Université Catholique de STRASBOURG. 

Il a reçu un accueil chaleureux de la part de ses paroissiens fréménilois, même si ce jour-là, le temps était particulièrement pluvieux.

Jean  SPAITE   Novembre 2017

Crédit photographique : Est Républicain du 26 Octobre 2017 - Installation du nouveau curé en l'église de Blâmont.

jeudi, octobre 26 2017

Départ en retraite de l'Abbé Claude Humbert

Cure_Humbert.jpgCuré de BLAMONT depuis 2006, l'Abbé Claude HUMBERT assurait la desserte de notre petite église "Saint Pierre aux liens" de FREMENIL et avait attiré immédiatement la sympathie des paroissiens. Il avait succédé à l'Abbé Charles BAILLY admis à prendre sa retraite et contraint a être hospitalisé.

Claude HUMBERT connaissait bien la région du Blamontois car il était né le 2 Septembre 1947 à BACCARAT. Après être entré dans la vie active à la célèbre cristallerie de BACCARAT, il reçoit l'appel de Dieu et il se dirige vers le sacerdoce.

Ordonné prêtre en 1980 à l'âge de 33 ans, on le retrouve en 1991 curé de JOLIVET à l'âge de 44 ans, en 2006 curé de BLAMONT à l'âge de 59 ans avec la desserte de plus de 20 clochers.

Il restera à BLAMONT jusque fin Octobre 2017, soit pendant 11 années pour prendre sa retraite avec l'accord de ses supérieurs à l'âge de 70 ans pour raison de santé.  Il résidera désormais à DENEUVRE à côté de BACCARAT sa ville natale. Nous lui souhaitons une bonne retraite et surtout une bonne santé.

L'Abbé Claude HUMBERT est remplacé par l'Abbé Clément Calvin YON auquel nous souhaitons la bienvenue.

Jean SPAITE   Octobre 2017

Crédit photographique : La photo de l'Abbé Humbert provient du site "Jolivet, petit village lorrain"

dimanche, juin 25 2017

Décés de l'abbé Charles Bailly

Cure_Bailly.jpgNotre église est en deuil : L'abbé Charles BAILLY nous a quittés.

Pendant 32 ans il a fait partie des personnages marquants de notre commune. Le curé du village, c'était lui.

Charles BAILLY est né le 17 Février 1926 à EINVAUX (54) petite commune proche de BAYON dans le Saintois. C'est en 1951 qu'il est ordonné prêtre et vicaire à TOUL. Il exercera successivement à BRIN sur SEILLE puis à BELLEAU pour arriver le 17 Juillet 1977 à la cure de DOMJEVIN où il restera jusque fin Décembre 2009.

Formé à la Communauté du PRADO, il devient aumônier des mouvements d'action catholique en monde rural pour le Lunévillois (ACE,MRJC,CMR). Il occupe le presbytère de DOMJEVIN avec ses deux soeurs Marthe et Cécile, et va se dévouer sans compter à ses paroissiens de six villages environnants.

Exemple de charité, il accueille en son foyer deux jeunes fragilisés par la vie dont il assure l'éducation complète avec générosité. D'un contact très simple et d'une grande bonté, il savait se mettre à la portée des gens dont beaucoup l'appelait par son prénom. Jusqu'au bout, il se voudra au service des autres.

C'est en Décembre 2009, à l'âge de 83 ans, qu'il accepte de prendre sa retraite, car il est contraint d'être hospitalisé.  A partir de 2010, sa vie va se poursuivre à la maison de retraite médicalisée de CIREY sur VEZOUZE où il continue son ministère de prêtre, mais d'une manière limitée due à sa condition physique et à son âge.  Très souvent, il s'informe de ses anciens paroissiens et de leur devenir. De leur côté, ceux-ci ne l'oublie pas.

C'est avec tristesse qu'ils ont appris le décés de l'Abbé Charles BAILLY le 9 Juin 2017 à l'âge de 91 ans.

Ses obséques ont été célébrées le 13 Juin 2017 en l'église de DOMJEVIN qui lui était si familière devant une nombreuse assistance.  Il repose au cimetière du Sud de NANCY dans le secteur réservé aux prêtres défunts du diocèse.

Ayons une pensée émue pour ce prêtre, homme de Dieu, qui s'est tant dévoué pour ses frères les hommes.

Jean  SPAITE   Juin 2017

dimanche, mai 21 2017

Les vitraux de l'église

Nous avons eu l'occasion d'évoquer l'histoire de notre église Saint Pierre aux liens. (voir nos articles "Notre Eglise" et "Eglise , présentation générale")

Nous avons détaillé les descriptions du tableau exceptionnel de St Pierre, du maître-autel ainsi que de la splendide chaire à prêcher du XVIIIe siècle, classés monuments historiques. Mais il est bon de découvrir les vitraux qui habillent les baies latérales à ouverture romaine en plein cintre.

Ces différentes œuvres d'art sont le fruit du travail du peintre-verrier lorrain BENOIT.  Les vitraux actuels datent d'après la seconde guerre mondiale, car les bombardements allemands des 6, 7 et 8 Novembre 1944 sur le quartier centre du village, même s'ils n'ont pas touchés directement l'église, ont occasionnés la destruction totale des vitraux existants par déflagration.

Déjà après la première guerre mondiale, l'ensemble des vitraux de l'église après destruction avaient fait l'objet d'une reconstruction que l'on peut situer vers 1920.  On peut constater qu'entre les deux conflits, la durée de vie des vitraux aura été à peine d'un quart de siècle.

Pour l'histoire locale, rappelons qu'après le second conflit, la rentrée des habitants, qui avaient été évacués de force par l'armée allemande, ont pu retourner à leurs maisons très endommagées par les bombardements et les pillages. La pauvre église encore debout était vouée aux courants d'air avec ses fenêtres démunies de vitraux. Un nettoyage de grande ampleur avait été nécessaire. La commune, propriétaire des lieux, a demandé les dommages de guerre au gouvernement pour réparer les dégâts.

Souvenons-nous que pendant cette période où le bâtiment cultuel n'était pas disponible, Mlle Marie-Elisabeth-Anna MENGIN avait créé dans son grenier une chapelle provisoire pour permettre les célébrations habituelles.

Rappelons que les vitraux dans une église viennent équiper les fenêtres, plus exactement les baies, apportant l'éclairage naturel à l'intérieur de l'édifice. Outre ce rôle d'éclairage, le vitrage constitue un isolement contre le froid notamment; mais le vitrage est aussi un support au dessin coloré qui peut se résumer à des motifs symboliques mais surtout en une page d'histoire divine ou du saint patronage du lieu. C'est une façon simplifiée de faire connaître, loin des longs discours, la vie d'un saint.  C'est un livre d'images à la portée de tous.

Vitraux_Eglise_Fremenil_Schema_descriptif.jpg
Découvrons plus en détail les vitraux de notre église.

Les vitraux avec illustration de personnages sont situés de part et d'autre du choeur:

  • Baie latérale Côté EST :
    Le vitrail très en couleur évoquant "La Remise des clefs à St Pierre", d'une manière solennelle avec deux personnages dont St Pierre acceptant la charge de son nouveau rôle de Chef de l’Église terrestre.
  • Baie latérale Côté OUEST :
    Nous trouvons le tableau "St Pierre est libéré de ses chaînes" avec deux personnages : St Pierre et l'ange libérateur dans un décor évocateur de chaînes et de liens. Les liens représentent les deux chaînes dont St Pierre est chargé : celle de JERUSALEM apportée à ROME, et celle de ROME dans la prison MAMERTINE où St Pierre se trouvait. Quand on les rapprocha l'une de l'autre, les deux chaînes se soudèrent miraculeusement. On trouve-là le symbole de l'union intime qui soude JERUSALEM où le Christ a vécu sa passion, et ROME siège du premier Chef de l’Église : St Pierre.

Vitrail_Remise_des_clefs_a_Saint_Pierre.jpg

Vitrail_Remise_Saint_Pierre_libere_de_ses_liens.jpg

Les vitraux avec motifs éclairent la nef au nombre total de six baies latérales (3 baies côté EST, 3 baies côté OUEST).

En entrant dans la nef depuis le porche d'entrée du clocher, nous trouvons côté EST les vitraux à motifs 1,2 et 3.

  1. Le pélican-            Le pélican qui déploie ses ailes pour protéger les siens.
  2. Le pain de vie-        Rappel de la multiplication des pains. On retrouve les pains dans une corbeille ainsi que des poissons.
  3. L'agneau -             Symbole de l'agneau pascal.
    En reprenant le chemin inverse dans la nef vers le clocher, nous trouvons côté OUEST les vitraux à motifs 4,5 et 6.
  4. La croix-              Symbole de la paix et de l'alpha et oméga: le début et la fin des temps.
  5. Le calice et l'hostie- Symbole de la cène du Jeudi Saint, de l'eucharistie.
  6. Le vaisseau-           Symbole du vaisseau de l'église du Christ voguant sur les eaux. Référence à la devise "Fluctuat nec nergitur" (Je flotte mais ne coule pas.)

Vitrail_1_Le_Pelican.jpg

Vitrail_2_Le_Pain_de_vie.jpg

Vitrail_3_L_agneau.jpg

Vitrail_4_La_Croix.jpg

Vitrail_5_Le_Calice_et_l_Hostie.jpg

Vitrail_6_Le_Vaisseau.jpg

L'examen détaillé de l'ensemble de ces vitraux nous amène a une découverte artistique précieuse de l'histoire de l'église peu connue de ses visiteurs. On ne doit pas ignorer cette richesse de l'art du vitrail présente dans notre église locale. Notons également que pour la protection de chaque vitrail proprement dit, une baie vitrée vient la doubler en extérieur, ainsi qu'un panneau grillagé en métal contre les méfaits de jets de projectiles.      

Rappelons que les vitraux des églises de notre région du Lunévillois ont souvent été renouvelés après la période du conflit 1939-1945 par suite des destructions. C'est ainsi que les peintres verriers lorrains ont été mis à contribution pour leur talent.  En différentes églises nous retrouvons des noms célèbres dans ce domaine bien spécial des artisans d'art du vitrail :  J. BENOIT,  JANIN,  BASSINOT,    Peintres Verriers à Nancy.

En découvrant les vitraux peu connus de notre église locale, il était bon de rappeler les noms de ces artistes qui ont réalisé un éclairage coloré de ces lieux de culte de notre région. C'est avec respect que je salue leur talent.

Jean  SPAITE   Mai 2017

jeudi, mars 16 2017

Soeur Marie Saint François, fidèle à son église

Soeur_Benoit_01.jpg Les anciens du village l'ont connue sous le nom de Madeleine BENOIT. Elle a passé toute son enfance à FREMENIL. Elle aimait beaucoup son village et particulièrement son église où elle avait eu la révélation de sa vocation religieuse. Oui, elle le savait, elle serait "Chère Sœur".

Elle quitte son village en 1951 à l'âge de 39 ans pour entrer au couvent de la Visitation à NANCY situé à la Cure d'Air Saint Antoine qui domine toute l'agglomération avec une vue magnifique sur les tours de la basilique de Saint Nicolas du Port et, à l'horizon, la ligne bleue des Vosges. Dans son livre de prières elle a précieusement rangé quelques photos de l'église de son enfance. Que de fois elle les a regardé, et elle a prié pour son village, pour son église.

En 1989 le couvent de la Visitation de NANCY quitte la Cure d'Air Saint Antoine pour se regrouper avec les Sœurs de la Visitation Sainte Marie dont le monastère se trouve au bord du lac Léman à THONON les Bains (74200 Haute Savoie). Soeur Marie Saint François au fil des ans va poursuivre sa vie religieuse faite de prière et de travail. Malgré la distance elle n'oublie pas sa Lorraine natale et retrouve avec émotion les photos de son église de FREMENIL.

C'est en 1995 qu'elle décède à l'âge de 89 ans. Elle est inhumée avec ses consœurs au cimetière du couvent.

Nous avons le privilège de conserver les photographies si souvent contemplées par Madeleine BENOIT, Sœur Marie Saint François de la Visitation, toujours en pensée avec son village, avec son église. C'est une bénédiction de vous faire partager ces documents souvenirs exceptionnels.

EgliseFremenilSoeurMarie01.jpgEgliseFremenilSoeurMarie02.jpgEgliseFremenilSoeurMarie03.jpg

EgliseFremenilSoeurMarie04.jpg

Ayons une pensée émue pour cette figure chrétienne, originaire de chez nous.

      PRIERE :

      Puisque le monde d'ici bas ne bouge pas
      concernant les travaux de rénovation de notre église,
      adressons-nous au-delà.
      Demandons humblement à "la petite Chère Sœur de chez nous",
      elle qui aimait tant la petite église de notre village,
      d'intervenir pour qu'ENFIN soit réalisée
      la remise en état du lieu.

      Pour mémoire, rappelons que cela concerne la toiture,
      les murs extérieurs et intérieurs, les trous et fissures au plafond,
      les réparations de la chaire à prêcher XVIIIe siècle ainsi
      que le tableau de St Pierre classés MH,
      le hall d'entrée sous le clocher,
      sans compter les multiples dégradations du local d'étage au dessus de la sacristie,
      la réfection des enduits extérieurs du clocher
      comme du reste de l'édifice communal.
      D'avance MERCI,
      AMEN.

 NOTA :
  1) Remercions Mme Annie HANRIAT (née BENOIT) de Pont à Mousson qui a eu la gentillesse de nous procurer les documents photos illustrant cet article.
 
  2) Voir également sur notre site les articles suivants:


Jean Spaite - Mars 2017

- page 1 de 5