Prenez le train pour aller travailler.

Nous faisons écho à un article de presse paru dans l’Est Républicain (édition Lunéville ) en date du 22/08/2020 :“Prenez le train pour aller travailler “

Bel impératif qu’il faut communiquer au maximum, face à la voiture qui se révèle plus coûteuse et plus polluante.

L’arrivée des salariés automobilistes sur la métropole nancéienne où se concentre l’activité se traduit pour le trafic routier par un ralentissement important : “le bouchon quotidien” !

La voie ferrée s’avère une solution pérenne qu’il convient de développer alors que la politique du “tout par la route“ pratiquée depuis des décennies voudrait la faire oublier.

Bonne raison pour nos dirigeants, politiques, économiques, de lui consacrer un équipement digne des services attendus.

La ligne ferroviaire 14 entre Pont St Vincent et Vittel est fermée “provisoirement” depuis Décembre 2016 après avoir connu une absence d’entretien conséquence d’une limite exagérée de financement normal.

Quelle différence avec l’entretien des routes et autoroutes où chaque année à la belle saison on répare, on refait un tapis enrobé qui sera par la suite sérieusement endommagé par les convois routiers surchargés à la saison d’hiver.

Et l’année suivante, on recommence !

Nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour dénoncer le problème de la voie ferrée dont les étapes sont connues : baisse de la vitesse limite, réduction du nombre de dessertes, mise sur route du trafic par autobus, et pour conséquence : évanouissement de la clientèle.

La Région Grand Est doit lancer un appel d’offre fin Décembre pour remise en état de la ligne et exploitation par des opérateurs ferroviaires appelant à la concurrence. Un opérateur allemand serait intéressé avec un budget de 65 millions d'Euros et, on l'espère, une reprise du trafic sur l’ensemble de la ligne de Nancy à Merrey pour 2025-26.

Espérons.

Il est grand temps de retrouver le plus rapidement possible un équipement sur rail digne du XXI e siècle.

Un guide original.

Un conducteur de trains retraité , Michel SCHMITT, vient de réaliser un guide intitulé “Escapades ferroviaires au départ de Nancy”.

Inviter le voyageur à se rendre sur les sites proches des gares en le prenant par la main, tel est le thème que s’est donné l’auteur dont on peut retrouver l'excellent travail gratuitement sur internet.

Félicitons Mr Michel SCHMITT.

Autres escapades ferroviaires:

En recherchant le guide de Monsieur SCHMITT, je suis tombé sur un magnifique site intitulé, lui aussi "Escapades ferroviaires"

C'est le fruit du travail dun jeune étudiant en médecine de 21 ans, grand fan des trains, comme il le dit lui-même. Son site est riche de dizaines de photos de trains prises en Lorraine. N'hésitez-pas à lui rendre visite en cliquant sur le lien.

La tempête ALEX et les trains.

Les médias du 3 Octobre 2020 ont pour titre:

  • Le Sud-Est en alerte rouge
  • Pluies diluviennes dans le Sud-Est

Les pluies causées par la tempête ALEX se sont abattues sur Nice et Cagnes sur Mer, mais c’est dans les vallées de la Roya, de la Vésubie, de la Tinée, que les ravages sont catastrophiques. Les ponts sont emportés, les routes sont coupées, les maisons détruites par les flots en furie. Nombreuses sont les victimes; et dans les villes et villages les habitants sont coupés de la vie habituelle: plus d’eau, plus d’électricité, plus de téléphone, la nourriture et les soins sont absents. Le ravitaillement de ces lieux est une question primordiale, mais les routes coupées posent un réel problème qui est loin d'être surmonté quand on voit les photos des reportages .

Dans ce paysage apocalyptique, le rail par la ligne Nice-Tende, bien que coupée au niveau de St Dalmas de Tende et encombrée au-delà, a repris partiellement du service. Son rôle de sauveteur a permis d’acheminer immédiatement le ravitaillement en eau potable de Breil sur Roya notamment.

La remise en état de la route parallèle demandera plusieurs mois voire des années.

Le “vieux” chemin de fer, souvent menacé dans son avenir s’est montré efficace en ces circonstances.

Les ingénieurs du XIX e siècle qui l’ont étudié se sont montrés fort intelligents dans son tracé et dans son profil pour réaliser une plateforme d’assise toujours supérieure en niveau du cours d’eau de la vallée empruntée.

Quelle leçon en notre époque où l’on a tendance à placer le chemin de fer dans les choses du passé.

Il serait grand temps que nos décideurs actuels tiennent compte de cette leçon.

Et dans ces temps agités par la tempête ALEX, les médias nous parlent des routes mais se sont montrés discrets sur le chemin de fer qui joue pourtant son rôle de service public quels que soient les circonstances.

A nous donc d’en parler !!!...

Jean SPAITE Octobre 2020