Pour les habitants du village, “ La Carrière “ reste comme dénomination de la grande Carrière située à l’Est du cimetière.

Elle a été comblée en partie et progressivement jusqu’en janvier 2000 après achat par la commune en 1998.

Pendant la première guerre mondiale, elle a vu l’édification en 1916 par l’armée du blockhaus EST prévu pour la défense du village.

Cette grande carrière a été utilisée après le conflit pour fournir les sables et graviers nécessaires à la reconstruction des villages voisins de Blémerey, Reillon, Vého grâce au service du “petit tacot “ en voie de 0,60 rescapé lui aussi de la guerre. (voir notre article “Les carrières” du 3/3/2013 )

L’exploitation en temps que carrière à matériaux pour la reconstruction après la guerre a été réalisée par l’entreprise France-Lanord et Bichaton de Nancy, et nous avions mentionné que son chef de travaux était Mr BOUDINI. Toutefois,après des recherches notamment dans le cadre de la liste nominative des habitants de la commune de Fréménil au recensement de 1921, donc 3 ans après la fin des hostilités et en pleine période de reconstruction, nous pouvons préciser que le chef de chantier était Mr Joseph BODINI ( et non BOUDINI ) né en 1878 à St Jean (Italie) .

Lui, sa famille et ses ouvriers et leur famille vivaient dans un baraquement situé à la Carrière, catalogué en 1921 de maison N° 64 ( était-ce une baraque Adrian ?)

Dans ce recensement, à la Carrière on trouve la famille BODINI :

  • BODINI Joseph né en 1878 à St Jean (Italie)chef de ménage Chef de chantier Bichaton
  • HUMBERT Marie née en 1885 à Metz son épouse
  • BODINI Pauline née en 1909 à Hettange-Grande sa fille
  • BODINI Alfred né en 1912 “ son fils
  • BODINI Louis né en 1916 “ son fils

ainsi que la famille ROSSI :

  • ROSSI Pierre né en 1859 à Rivoltella (Italie )chef de ménage Mécanicien Bichaton
  • ROSSI Marie née en 1866 à Chateaucourt son épouse
  • ABEL Hélène née en 1907 à Beaumont-Bernard sa nièce Couturière
On trouve également dans la “Rue de l’Abreuvoir” (actuellement Rue de la Prairie)cataloguée en 1921 de maison N° 71 (soit maison Madeleine HOURDIAU- Marie JACQUES), la famille BEAUCOURT :
  • BEAUCOURT Jules Emile né en 1887 à Maxéville chef de ménage Mécanicien Bichaton
  • BEAUCOURT Lucie née en 1883 à Paris son épouse

Ainsi donc, parodiant une phrase de notre hymne national, nous pouvons avancer que ces travailleurs de l’entreprise BICHATON “Sont entrés dans la Carrière…” pour assurer la reconstruction après la guerre 14-18.

On peut noter que nous trouvons Messieurs ROSSI Pierre et BEAUCOURT Jules Emile comme Mécaniciens . Ce sont donc eux qui assuraient la conduite des petites locomotives Decauville voie de 0,60 desservant les chantiers. N’oublions pas qu’à l’époque le travail à la carrière s’effectuait à la pioche, à la pelle, et au crible, ce grand tamis incliné qui permettait d’obtenir du sable , avec ensuite le chargement dans les petits wagonnets.

Saluons ces personnages qui ont oeuvré pour la reconstruction du pays et qui ont fait partie des habitants de notre village, tout en espérant que des consultants du présent site retrouvent trace de leurs ancêtres.

Nous avons exploré le recensement de 1926, donc 5 ans après.

Il n’y a plus de trace de l’équipe du chantier France-Lanord et Bichaton à cette date.

Par contre nous avons trouvé le ménage BOURGAUD Auguste vannier et son épouse OTT Marie, accompagné de ses 3 fils ainsi que d’une belle-soeur et une nièce. Catalogué en 1926 de maison N° 69 à la Carrière, nous pensons que l’on se trouve plutôt en face d’une famille de vannier en stationnement dans sa roulotte à l’occasion du recensement.

Ainsi va la vie… et une page d’histoire de notre village.

Souhaitons une remise en état de l’emplacement de “ la grande Carrière”, sans oublier la mise en valeur du blockhaus EST particulièrement oublié. Nous en parlons dans nos articles :

Jean SPAITE Mai 2020