Le 20 Décembre 2020 nous faisions l’écho de la construction d’une nouvelle maison au Faubourg démarrée le 2 Novembre 2020 et propriété de Mr et Mme Christophe M. sise au N° 48 de la Grande Rue.

Maison Raphael H. 01 210226.jpg, fév. 2021

Au quartier du Faubourg, à l’entrée Ouest de notre village, la Grande Rue est le théâtre d’actions constructives privées successives :

  • En 2010, Mr et Mme Raphaël H. construisent leur maison au N° 45
  • En 2019, Mr et Mme Julien H. construisent  au N° 50
  • Rappelons qu’en Décembre 2020, c’est le démarrage de la maison de Mr Christophe M. au N° 48, chantier en cours.

Nous voici le samedi 20 Février 2021, jour du premier coup de pelle pour les terrassements d’une nouvelle maison au N° 47 propriété de Mr et Mme Joffrey H.

Maison Raphael H. 01 210226.jpg, fév. 2021

Nous observons que cette présente construction s’effectue pour Joffrey H. 11 ans après celle de son frère jumeau Raphaël après d’interminables discussions administratives. Nous souhaitons au jeune constructeur bien du courage et la bienvenue méritée comme nouvel habitant de Fréménil .

Pour être complet sur ce quartier du Faubourg, plein de vitalité, signalons que l’ancienne maison de Jeanine CARMENTRÉ née VOINOT, décédée le 9 Avril 2020, vient d’être vendue. Le nouvel acquéreur, et sa famille, va devenir un nouvel habitant après avoir fait une rénovation des lieux.

Ainsi le quartier du Faubourg est en pleine mutation grâce à une succession d’opérations privées.

Par ailleurs, on nous a dit qu’au chemin de la Maxelle, de nouvelles constructions étaient en projet.

  • Côté Sud du village, à l'extrémité de la Rue des Violettes, une maison est en cours de construction depuis 2017.
  • Côté Est du village, sur la route en direction d’Ogéviller, nous remarquons un gros travail de déboisement de l’ancienne carrière de sable et gravier. Cette carrière déjà signalée pour avoir servi à la reconstruction après la première guerre mondiale, des maisons détruites dans les communes de Blémerey, Vého, Leintrey, s’est trouvée abandonnée pendant près d’un siècle. Une végétation sauvage faite de ronces, de broussailles et d’arbres torturés a régné en toute liberté dans un creux qui atteint 5 mètres par endroit. Un travail de bûcheronnage et de nettoyage intensif a lieu au cours de cet hiver.

Saluons les ouvriers de cette tâche énorme qui est loin d’être terminée.

Une mise en valeur par comblement devra suivre et s’échelonnera au cours des ans.

Si nous poursuivons notre route en direction d’Ogéviller, nous avons sur notre droite une belle réalisation d’un étang clôturé avec une maisonnette servant d’abri. Nul doute que de belles journées de pêche en plein air sont prévues dans cet environnement bucolique et reposant.

Comme nous pouvons le constate r: notre village change.

Jean SPAITE Février 2021