Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, septembre 16 2021

Pourquoi pas un p'tit marché ?

La boîte aux lettres peut nous réserver des surprises :

Un modeste petit tract publicitaire, bien présenté, et qui annonce :

Le p’tit marché de Reillon, les premiers samedis du mois de 16 H. à 19H.

A partir du 5 Juin: producteurs locaux, épicerie Bio, librairie itinérante, animations.

Et un slogan: Faisons vivre notre territoire !

Rendez-vous le 5 Juin, le 3 Juillet, le 7 Août, le 4 Septembre et le 2 Octobre.

Vous trouverez entre autres : légumes, viandes, produits laitiers, épicerie, œufs, pâtés, fromages de chèvre, vins, miels...

Le petit village de REILLON 82 Hts (recensement. 2018) mérite les plus grandes félicitations pour son “p’tit marché”.

Voilà une initiative à imiter en d’autres lieux.

Pensons tout particulièrement à notre propre village FREMENIL 211 Hts (rec. 2018) et 220 Hts en 2019 qui ne connaît pas (encore) une telle animation.

Nous avons pourtant la présence d’un traiteur : l'Atelier de Cédric qui est à peine connu en tant qu’activité gastronomique dans le village. Une publicité par tracts comme pour REILLON permettrait une meilleure connaissance. Et ce n’est pas rien que d’approvisionner en local plus de 200 bouches !! Voilà une clientèle potentielle à ne pas négliger.

Il est vrai que l’Atelier de Cédric n’est pas situé sur l’artère principale du village la plus "circulée" puisqu’elle s’appelle “la Grande Rue”. Le contact doit être fait par les tracts dans les boîtes aux lettres en proposant des plats (gourmands, bien évidemment) et en indiquant les prix; les commandes suivront par téléphone.

Puisqu’il y a parmi les habitants de nombreuses personnes seules, les plats individuels devraient être proposés avec livraison à domicile pour encaissement immédiat. Voilà une formule qui ne demande qu’à être développée et qui se traduit aussi comme à REILLON par “faisons vivre notre territoire “.

Après avoir évoqué “un p’tit marché” voyons plus grand.

Nous avons déjà cité l’objectif de la municipalité d’atteindre une population de 300 Habitants en 2030 (dans 9 ans) soit 80 Habitants nouveaux. Concrètement, ce sont 8 maisons nouvelles et la venue de 5 à 6 familles dans les maisons existantes du village.

Cette évolution démographique pourrait s’accompagner d’une activité commerciale au milieu du village sous la forme d’une auberge où l’on trouverait des produits essentiellement locaux et du monde rural, pains, épicerie, fromages, miels, bières artisanales, vins, galettes, pizzas, crêpes, gaufres, confitures artisanales… Nous pensons également à une microbrasserie produisant “la bière des Piquants” ; soit dans l’ensemble une création de nombreux emplois.

Pour plus de renseignements, voir les articles “Un beau village et son auberge” du 26/9/2019, et “Les maisons neuves” du 3/4/2021.

Conclusion: A l’exemple du petit village de REILLON, “Faisons vivre notre territoire” , et 2030 c’est bientôt !!!...

Jean SPAITE Septembre 2021

Bénaménil : La nouvelle maison médicale


Notre article du 7 Mars 2020 informait de la construction d’une nouvelle maison médicale à Bénaménil. A l’initiative du Docteur Sophie LARUELLE, généraliste installée dans la commune depuis 2012, ce pôle d’action médicale a programmé de regrouper dans le nouveau bâtiment :

  • 1 Pharmacie
  • 1 Médecin généraliste (Dr Laruelle) puis un second en remplacement ou de façon permanente
  • 1 Sage-femme
  • 1 Ostéopathe
  • 1 Fournisseur de matériel Orthopédique
  • 2 Kinésithérapeutes

Au mois d’Août 2021, la pharmacie est opérationnelle après son déménagement depuis son ancien emplacement.

La grosse croix verte lumineuse signale par son enseigne que la pharmacie est en activité.

Le Docteur Sophie Laruelle maintient son exercice.

Sont également en office les 2 Kinésithérapeutes et la Sage-femme.

Un dentiste serait également en attente.

De part et d’autre du bâtiment de teinte bleu ciel, deux parkings de stationnement des véhicules complètent l’installation facilitant l’accès des visiteurs.

Saluons cette belle opération de création d’une maison médicale qui apporte un équipement sanitaire efficient répondant à une demande de la clientèle potentielle de l’Est lunévillois et plus précisément de la vallée de la Vezouze.

Jean SPAITE Septembre 2021

mardi, septembre 7 2021

Après le faux-tram : vrai tram ou trolleybus ?

Après le faux-tram Bombardier en fin de vie, obligé de recourir aux pièces détachées de feu le TVR de Caen pour terminer son parcours, nous attendions l’annonce du nouveau tram prévu pour la fin de cette année. La population de la Métropole de Nancy consultée par l’Est Républicain le 17/10/2016 à la question: “ Pensez-vous qu’un tram sur rails soit une bonne solution pour remplacer le Bombardier en fin de vie sur la ligne 1 “ avait répondu :

  • OUI 66 %
  • NON 26 %
  • Sans opinion 8%

C’est dire si l’on était convaincu d’une renaissance d’un transport moderne sur rail.

En Mars 2019 on annonçait déjà un tramway de 44 m. de long composé de 7 caisses et pouvant transporter 300 passagers. Le chantier devait démarrer en 2021 et la mise en service était prévue pour 2025.

Nous sommes en 2021. Le TVR Bombardier, à bout de souffle après ses 25 ans de service émaillés de trop nombreuses pannes, attend un successeur.

Les usagers des transports en commun et tout particulièrement de la ligne 1 qui dessert Brabois attendent le nouveau venu.

Après tant d’années de silence, les décideurs responsables ont parlé.

L’Est Républicain du Vendredi 27 Août 2021 nous annonce:

“Le tram sur pneus sera remplacé par un trolleybus en 2023”

Et le Samedi 4 Septembre 2021 l’Est Républicain complète cette décision par un article:

“L’annonce de la fin du tram au profit du trolley fait tousser”

Que s’est-il passé pour arriver à cette conclusion ?

Constatons que depuis plus de 50 ans, on transfère sur le plateau de Brabois des services, des hôpitaux, des facultés, des instituts de recherches, qui génèrent une demande de mobilités, de dessertes.

La géographie physique de Nancy se présente comme une ville au niveau relativement plat où le tramway peut circuler facilement et un environnement de côtes dont Brabois réclamant un “effort de montée”

Si l’on se réfère au passé, rappelons que jusqu’en 1952 le tramway ligne 14 Nancy-Pont St Vincent avec ses motrices Satramo, de même que les tramways urbains qui allaient jusqu’à Brabois, grimpaient la fameuse côte.

Observons toutefois que les tramways d’antan étaient moins lourdes que les rames à 7 caisses d’aujourd’hui qui présentent une capacité de transport nettement plus élevée.

La solution Tramway est d’adopter un profil en long avec une rampe maximum de 11 % ce qui implique un nouveau tracé différent de la montée par l’avenue Jean Jaurès avec comme conséquence un surcoût pour l’infrastructure.

L’Est Républicain du Vendredi 27 Août rapporte: “Les travaux du tram ferré sur la ligne 1 dont le coût (500 Millions d’Euros) avait été jugé trop onéreux par la nouvelle majorité”.

Question : Ce chiffre correspond-il à matériel (25 tramways) + infrastructure, ligne aérienne d’alimentation, voie ferrée ?

Les décideurs s’orientent donc vers la solution trolleybus.

Ces engins à 2 caisses de 24 mètres de long, capacité 150 voyageurs, fabriqués par Van Hool, Hess, Solaris (25 trolleybus). “Cette solution trolleybus aurait l’avantage d’être 10 fois moins coûteuse que le projet initial tram voie ferrée” dixit le quotidien régional.

Si la solution tramway (exemple Citadis Alstom, 5 caisses) assurait une desserte correspondant à la demande de la population du plateau de Brabois (hôpitaux, facultés, instituts, services) , nous nous posons la question de possibilité pour la solution trolleybus 2 caisses, sous réserve d’une desserte cadencée très serrée ?...

Nous sommes conscients que le choix du futur moyen de transport de la ligne 1, qu’il soit tramway ou qu’il soit trolleybus, est tributaire de l’enveloppe budgétaire qui lui sera attribuée.

N’oublions pas que la durée de vie pour le tramway est de 45 à 50 ans (et même plus) et pour le trolleybus de 20 à 25 ans.

La décision définitive sera rendue publique en Décembre 2021.

Souhaitons qu’elle présente le maximum de renseignements concernant le matériel roulant, l’infrastructure ainsi que le tracé définitif et surtout le montant de l’investissement avec calendrier du chantier.

Par ailleurs nous relevons: “Cette solution ( trolleybus), tant par sa souplesse que par son impact financier, permet également de préserver la perspective d’un tramway futur à l’horizon 2030. S’il y a un tram ferré sur la prochaine mandature, le trolleybus pourra basculer sur une autre ligne “ . Dont acte…

Les internautes qui s’intéressent aux transports en commun nancéiens, peuvent retrouver les articles:

Samedi 16/1/2016 “Les vrais trams! C’était hier…”

Jeudi 3/4/2014 “ Hommage à une personnalité, Marcel Cavaillé”

et notamment un comparatif concernant 4 villes et leur aire urbaine :Dijon, Reims, Caen, Nancy

Rendez-vous en fin d’année pour connaître le choix de la ligne 1 décidé par les autorités responsables.

Jean SPAITE Septembre 2021

vendredi, septembre 3 2021

Un nouveau-né : “URBANLOOP”

C’est le 28 Mai 2021 à Nancy-Tomblaine, que le nouveau venu dans le monde des transports a été dévoilé au public en présence de Mr Jean-Michel DJEBBARI, Ministre délégué aux transports, des Élus et Autorités lorraines.

Nous sommes en face d’un moyen de transport sous la forme d'une capsule à 2 places équipée de 4 roues à pneus, évoluant en site propre sur une piste métallique constituée de fers cornières servant de chemin de roulement et également d’alimentation électrique 72 V. courant continu du moteur de traction de chaque capsule. Vitesse : 60 km/h. Transport d’un point A à un point B sans arrêt ni correspondance. Les capsules évoluent individuellement sur le chemin de roulement (voie ferrée spéciale) en site propre à un sens de circulation. Chaque capsule est gérée par un système de commande et de supervision.

Le site propre prévoit un parcours en souterrain ou en aérien mais protégé par un tunnel en plexiglas pour éviter les intrusions.

La carrosserie du véhicule est de forme asymétrique qui peut surprendre. Chaque capsule est indépendante et sa capacité de 2 voyageurs interroge. Nous sommes loin d’un bus ou d’un tramway. Tout au plus on peut faire un rapprochement avec un taxi sans chauffeur qui évoluerait en télécommande sur un site propre.

Urbanloop est un projet développé par l’Université de Lorraine, les écoles d’ingénieurs de Lorraine INP, ainsi que l’école des Mines de Nancy.

Sous la forme d’une structure commerciale URBANLOOP SAS, il ambitionne, à l’occasion des JO de 2024, d’être choisi pour relier le RER A au plan d’eau de Vaires sur Marne.

Soyons attentifs à la suite des événements.

Pour informations: https://urbanloop.univ-lorraine.fr/

Jean SPAITE Août 2021

lundi, août 30 2021

Notre patois lorrain (35ème partie)


  • La VÊCHE N.F. ---> La vache
  • La VAHIOTTE N.F. ---> La petite vache- le veau
  • Les MANRES DRÔLES ° expression ---> Les mauvais personnages
  • L'ENGEANCE- LÀ N.F. ---> la personne-là
  • A TIRE-LARIGOT ° expression ---> “boire à tire-larigot”, boire sans arrêt
  • Les PATINS N.M. ---> les pantoufles “Défais tes chaussures et mets tes patins”
  • LAVASSE (ou relavasse) N.F. ---> l’eau de vaisselle
  • La RELAVOTTE N.F. ---> le torchon ( ou l’éponge) qui sert à faire la vaisselle
  • A tout bout de Champ ° expression ---> d’une manière continue
  • Une PAYAISSE (ou une paillasse) N.F. Une paillasse ”Il couche sur une paillasse”

Jean SPAITE Août 2021

Notre patois lorrain (34ème partie)


  • DÉBRÔLER V. ---> débrôler : affaisser - "Votre gâteau est tout débrôlé , quel dommage !”
  • Un JEUNE BLANC-BEC ---> expression : un jeune garçon prétentieux
  • Un RECULORUM N. ---> un endroit reculé dans une maison
  • FIEUTER V.---> siffler
  • Un FIEUTÂH N. ---> un siffleur amateur, mais peu talentueux
  • PRENDRE une RINCÉE ---> expression : être trempé par une averse

Poursuivons notre parcours patoisant à partir d’une phrase entendue et émanant de ma grand-mère ( ça nous ramène au siècle dernier !)

La scène se passe dans notre village.

Intriguée par une personne étrangère au village qui semblait chercher quelque chose, un renseignement peut-être, j’entends encore ma bonne grand-mère prononcer cette interrogation:

“Faut ouar c’qu’ell’ veut la gent-là“(il faut voir ce qu’elle veut la personne-là)

Analyse de cette phrase:

  • Faut ---> pour, il faut : suppression de l’article
  • Ouar ---> prononciation typiquement lorraine pour le verbe voir
  • C’qu’ell’ ---> expression courante par contraction des mots
  • Veut ---> du verbe vouloir
  • La gent-là ---> au pluriel on dirait : les gens-là
    Nous sommes ici au singulier d’où : la gent-là, prononcé “la jan”.
    A rapprocher de gente, la gente dame, préfiguration de gentille.

D’un passé lointain cette lorraine pure souche qui parlait le français à la perfection, n’était-elle pas toujours la première de la classe pendant sa scolarité à l’école primaire, titulaire du certificat d’études à l’âge de 12 ans, un record à son époque, ma grand-mère m’étonnait toujours par sa connaissance du patois. Elle était native du XIXème siècle, en un temps où le langage usuel était le patois lorrain. Elle n’avait aucune difficulté à retrouver la langue de son enfance et de ses ancêtres pratiquée encore au début du XXème siècle.

Ainsi, à partir d’une phrase qui nous vient du passé, on peut faire revivre le patois de chez nous.

Jean SPAITE Août 2021

jeudi, août 26 2021

THÉSET- HUMBET

Nous sommes à Fréménil en l’an 1938

La scène se passe devant le café BENOIT dont le propriétaire Henri BENOIT (maire de 1930 à 1940) est assis sur le banc en lattes de bois posé devant la façade. Sa fille Paulette assure le service à l’intérieur.

Assise également sur le célèbre banc peint en vert se trouve Amélie ANTOINE née MARTIN, la grand-mère de l’héroïne de la scène Marie-Thérèse HUMBERT qui joue sur la place du café.

Et la grand-mère ANTOINE de rappeler sa petite fille âgée de 3 ans :

“Reviens ici, ne vas pas si loin, reviens près de nous !“

Il est vrai que la gamine est “ toujours en vadrouille” et va quelquefois trop loin, au risque de se perdre. La gamine court vite pour son âge, mais n’est pas en avance pour parler.

Henri BENOIT appelle la petite Thérèse :

- Viens voir ! Dis nous voir comment tu t’appelles ?

-Théset Humbet

- C'est bien, et où qu’t’habites ?

- Ménil, Moné, Monelle !

Traduction: ”Thérèse HUMBERT, Fréménil par Ogéviller, Meurthe et Moselle.”

Après cette déclaration d’identité, le maire Henri rassure la grand-mère Amélie (dite Mélie) :

Hé bien , vous voyez, si un jour elle est perdue, elle pourra dire aux gendarmes son nom et son adresse, c’est sûr ils sauront comprendre la gamine et la ramener ici.

C’est formidable la confiance que l’on avait déjà au siècle dernier dans la perspicacité de la maréchaussée… (et qui n’était pas les gendarmes de Saint Tropez !)

Jean SPAITE Août 2021

Crédit photographique : Le cliché qui illustre cet article provient d'une carte postale.
La photo a été prise devant le café du village en 1951, soit 13 ans après le récit "Théset Humbet"
De gauche à droite:
(1) Paulette BENOIT (épouse VISINE) (35 ans) 1916-1971
(2) Marie-Thérèse HUMBERT (épouse VOUAUX) (16 ans) 1935-2000
(3) Amélie ANTOINE (née MARTIN) (70 ans) 1881-1959

mercredi, août 25 2021

Mon beau village...

C’est Stéphane Bern, le célèbre présentateur , féru d’histoire de notre pays avec ses beaux châteaux, qui anime l’émission télévisée “Le village préféré des Français” .

L’an passé, en 2020, le village élu était le village alsacien de HUNSPACH (67) dans la province voisine.

Et si l’on parlait de chez nous ?

Constatons que notre modeste commune ne peut rivaliser avec un tel résultat.

Nous ne jouons pas dans la même catégorie !!

Et pourtant, nous notons une compétition dans différentes annonces de “beaux villages”. Nous nous limiterons aux seuls villages lorrains.

  • Déjà en 2016 (1), nous avions signalé l’Association “Les Beaux Villages Lorrains” qui avait comme objectif la présentation de villages répondant à certains critères: propreté, fleurissement, entretien, équipements, activités économique et sociale, mise en valeur du patrimoine. Regroupant initialement 4 communes, l’association de ces Beaux Villages en dénombre actuellement 10 :
    Rozelieures (54), Ville s/ Yron (54), Bruley (54), Villey St Etienne (54), Beaulieu en Argonne (55), Chatillon s/ Saône (88), Hattonchatel (55), Marsal (57), Rugney (88), Vaudémont (54).
  • En date du 18/1/2021, on annonce le “TOP 10 des Plus Beaux Villages Lorrains “:
    Neufchâteau (88), Rodemack (57), St Quirin (57), Moyen (54), Remiremont (88), Fénétrange (57), Sierck les Bains (57), Hombourg Haut (57), Beaulieu en Argonne (55), Dabo (57).
    Nous observons que bien des lieux évoqués sont à classer dans la catégorie “ville” et non ”village”.
  • L’Est Républicain, sur le site internet “Mon Beau Village”, propose de désigner le village préféré parmi les 6 communes de chaque département.
    Pour la Meurthe et Moselle nous avons:
    Bruley, Cons la Grandville, Leintrey, Pierre Percée, Rozelieures, Vaudémont.
    Nous retrouvons ici des noms déjà connus. Le vote sera clos le 30/8/2021.

“Mon Beau Village”, c’est sous ce titre que l’Est Républicain du 1er Août 2021 nous présente LEINTREY, 145 Hts en 2018, situé à 5 Km au Nord de notre village FREMENIL.

  • LEINTREY est un village qui a été meurtri au cours de l’Histoire, particulièrement pendant les deux dernières guerres mondiales. En totalité reconstruite, avec une belle église, une mairie-école, des rues dégagées bordées de maisons fleuries, la commune présente actuellement un aspect agréable qui peut lui faire prétendre au titre de “village préféré”. Elle a l’avantage de compter à ce jour une activité agricole de 3 exploitants, 2 commerces et 2 entreprises. Beau palmarès pour un village de 145 habitants.
  • Cette présentation qui entre dans le cadre de l’opération de l’Est Républicain intitulée “Mon Beau Village” , n’est pas sans nous rappeler notre article daté du 26/9/2019 ayant pour titre “Un beau village… et son auberge” énonçant NOTRE patrimoine local qui mérite d’être connu, mais également des propositions pour voir demain notre petit village figurer, lui aussi, dans “Les Beaux Villages” … où il fait bon vivre avec ses 220 âmes en 2019.

Dans les générations qui montent, on peut espérer une certaine dynamique en ce sens de faire partie des “BEAUX VILLAGES” à venir…

Au travail en local pour la suite des événements.

Nota: Voir notre article “Les Beaux villages Lorrains“ de 2016.

Jean SPAITE Août 2021

samedi, août 21 2021

Des chiffres et des lettres... en Lorrain

Parodiant la célèbre émission de télévision “ Des chiffres et des lettres”, nous abordons aujourd’hui le domaine des chiffres.

Au siècle dernier, quand notre patois était couramment pratiqué, il n’était pas rare d’entendre énoncer les chiffres en septante et en nonante, une survivance de notre langue régionale qui n’était autre que du vieux français.

L'appellation différente des chiffres concernait les dizaines du 7 soit septante pour 70, octante pour 80, et nonante pour 90, toutes les autres appellations étaient conformes à ce que l’on pratique aujourd’hui en France.

Notons que cette persistance se retrouve dans la langue belge, suisse, ainsi qu’au Québec.

Sous la forme d’un tableau nous présentons les ” chiffres “ de 70 à 99 avec leur appellation en lorrain (vieille France, Belgique, Suisse et Québec) ainsi qu’en français officiel.

CHIFFRES LORRAINS

Notons que le lorrain correspondait à une certaine logique grammaticale, alors que le français officiel est d’une logique complexe quand on en voit l’analyse arithmétique, et étonnante pour le pays de Descarte.

Bien des jeunes des générations actuelles, éprouveront un étonnement en découvrant “les chiffres” en lorrain !!

Merci à nos amis belges, helvètes et canadiens de conserver notre langue originale des chiffres délaissée par l’hexagone.

Jean SPAITE Août 2021

mercredi, août 18 2021

De tout un peu... (Été 2021)

CIMETIÈRE - PROPRETÉ

Elles vont au cimetière pour visiter leurs défunts, mais devant l’herbe envahissante auprès des tombes, d’un commun accord, elles se sont mises à l'ouvrage pour un désherbage d’ensemble. Grâce à elles, notre cimetière respire la propreté. Remercions Evelyne LOUIS-CASTET, Jacqueline DOIZENET et Sylvie FLEURICHAMP pour leur belle action en souhaitant que ce geste généreux et bénévole soit imité : Il y a tant à faire dans notre village.

Rappelons que l’on reconnaît le degré de civilisation d’un peuple au respect qu’il a pour ses défunts. Un cimetière propre pour un village qu’on aime.

LES MAISONS NEUVES (Suite)

Située dans la partie basse du quartier du faubourg, la maison que construit Eric M. pour son fils Lilian, avance rapidement. Les fondations sont terminées et la murette de base a reçu poutrelles, hourdis, ferraillage et bétonnage de la dalle du rez de chaussée dont le niveau haut est situé à 50 cm. du niveau du sol naturel. Les murs du corps de logis vont suivre et, grâce à notre “ reporter-photographe locale“, Sylvie FLEURICHAMP, nous pourrons accompagner l’évolution de la construction de cette nouvelle maison.

Dans un précédent article sur les maisons neuves en date du 3/4/2021, nous rappelions que notre village comportait 33 maisons nouvelles édifiées de 1974 à 2021, soit sur 47 ans. Avec la maison m. en cours de construction, le décompte s’élève maintenant à 34 maisons, ce qui est un beau résultat pour une population de 223 Hts (recensement 2016).

Et comme l’objectif de la municipalité est de 300 Hts pour l’année 2030, nous pouvons nous attendre à voir pousser de nouvelles maisons sur le territoire de Fréménil dans les années à venir.

POUR LES AMOUREUX DES TRAINS (Juillet 2021)

Les 18 et 19 Septembre 2021:

2ème Exposition de modélisme et 4ème bourse au Gymnase de BADONVILLER (54540)

organisée par l’Association de Modélisme du Piémont Vosgien.

Contact : Tél 07 49 25 00 20

ou 06 84 38 23 77

Email : clubampv@gmail.com

Jean SPAITE Juillet 2021

Notre patois lorrain (33ème partie)

Patois_Lorrain.gif, janv. 2015

Et l’on continue à retrouver des mots en patois !

Les visites de notre modeste site par “les amateurs du patois de chez nous” nous prouvent leur intérêt pour ce thème.

Merci chers amis internautes patoisants, Vous êtes ici chez vous.

  • Se faire du MOURON ---> expression : se faire du soucis
  • Se faire un SANG BLEU ---> expression : s’inquiéter
  • ESBROUFF’ (esbrouffe) ---> faire pression pour obtenir quelque chose
    (passé dans le langage courant) “ Il a eu ça à l’esbrouff’“
  • Le PAPICHE ---> N. le pépère : le grand père
  • La MAMICHE ---> N. la mémère : la grand-mère
  • “Qu’est-ce que vol’ to let? “ ---> expression signifiant “que voilà”
  • RAOUER ---> V. Aller raouer ---> s'en aller traîner, draguer
    “Votre gros matou a encore été raouer toute la nuit! “
  • REBIQUER ---> V. Relever ---> qui se redresse
    “Il a une mèche de cheveu qui rebique”
  • CHEULER ---> V. Boire d’une manière excessive
  • Un CHEULARD ---> N. Un poivrot
  • “J’n’voem ouer ek !” ---> expression :” Je ne vois pas grand chose! “
    (typiquement lorrain)
    A rapprocher de cette sentence rustique, pleine de sagesse :
    “On’ somm’ ouer ek, allei !“ : Nous ne sommes pas grand chose, allez !

Comme il a raison l’Est Républicain du 18/4/2021 en titrant :

“ ….le lorrain , un trésor national ! “

Jean SPAITE Août 2021

Le cimetière et nous !

L’Est Républicain en date du 14/8/2021 sous le titre “ Jarville la Malgrange, Au cimetière, d’anciens monuments retrouvent leurs couleurs d'origine” , un article nous fait part de la rénovation de deux plus anciens monuments qu’il convient de préserver.

La ville de Jarville (9312 Hts en 2018) est certes plus importante au point de vue nombre d’habitants que notre petit village de 220 âmes en 2019 (223 en 2016). La commune de la banlieue nancéienne a même créé une participation à la Fondation du Patrimoine de Lorraine pour recevoir des dons provenant d’entreprises ou de particuliers pour participer au financement des travaux de restauration, mise en valeur et préservation du patrimoine concernant le cimetière.

Rappelons que notre petit village a réussi de 2009 à 2020 la rénovation de 20 tombes grâce à un travail de bénévoles et sans aucune participation de financement. La présentation du cimetière local est correcte même si depuis 2020 il reste à assurer une continuité pour répondre au respect que nous devons à ceux qui nous ont précédés et qui reposent en ce lieu.

Nous avons présenté un dossier complet “Le cimetière de Fréménil“ en date du 18/1/2021.

Nous avons rapporté l’existence d’un columbarium créé en Juin 2012 et qui est progressivement occupé; pour être complété par un jardin du souvenir et un jardin des fleurs qui sont donc absents depuis 9 ans.

Notre attention a été portée sur le dépôt d’urnes funéraires.

Rappelons que de tels dépôts doivent s’accompagner d’une déclaration en mairie qui est obligatoire.

Autres dépôts , discrets : des plaques nominatives et datées provenant de tombes étrangères au cimetière local, sans doute disponibles après suppression de concession et relevage des restes et mise en ossuaire. Afin de ne pas causer des erreurs sur les occupants (les défunts) de chaque tombe, rappelons que les plaques apposées sur le monument doivent correspondre uniquement sur les personnes qui y reposent.

Pour éviter des erreurs, les plaques “étrangères” doivent être exclues. Tout au plus, on peut les peindre d’une croix de St André et les déposer derrière le monument.

Jean SPAITE Août 2021

mardi, août 10 2021

Le patois lorrain (Evolution)

Patois_Lorrain.gif, janv. 2015

Comme nous l’avons promis, nous continuons la récolte des mots et expressions de patois lorrain. Avec notre grand râteau, nous ratissons large et notre récolte n’est pas toujours abondante !! Il est vrai que nous avons déjà récolté lors de saisons précédentes.

En France , on donne un renouveau aux langues régionales (1) encore parlées comme c’est le cas dans notre province sœur l’Alsace, ou bien à l’Ouest en Bretagne.

Dans notre région lorraine qui a été marquée par “l’école Jules Ferry” le patois a été combattu mais reste un souvenir encore présent.

Si, au cours de la première guerre mondiale, les poilus pouvaient se reconnaître avec “l’accent” et “le patois” encore bien vivant, les années qui ont suivi ont vu un affaiblissement de la pratique du langage rustique attaché au monde rural.

Avec les années 30 et l’exode rural vers les villes, le parlé de chez nous s’est effacé. Tout au plus surgissait un mot, une expression vite étouffée pour ne pas paraître “un péquenot”....

Avec la deuxième guerre mondiale et la reconstruction qui a suivi, la course vers les HLM où l’on trouvait le confort moderne, différent du monde rural, a accentué ce mouvement vers les villes. La campagne a évolué, les méthodes d'exploitation de l’agriculture ont changé à la mesure des engins agricoles qui réduisaient le nombre d’exploitants au siècle dernier.

Nous sommes entrés dans le XXIème siècle et nous constatons une évolution nouvelle et continue : l’habitant des villes recherche aujourd’huiavec bonheur le calme des campagnes. Il recherche des maisons anciennes où il installe le confort moderne qu’il a connu en ville.

Le citadin habite la campagne et travaille en ville.

Avec l’explosion du Covid 19, il pratique même le télétravail évitant les transports superflus.

Nos villages voient la construction en nombre de maisons neuves.

On n’a pas “honte” d’habiter dans un village. Mieux même, on ressuscite curieusement des mots du patois oublié… Quelle évolution !! On s’initie à l'histoire locale, pour mieux vivre sa nouvelle condition de “rurbain”.

Conclusion : nos villages revivent avec de nouveaux habitants et de nouvelles maisons.

En attendant, retrouvons les mots oubliés qui sentent bon notre Lorraine.

Jean Spaite Août 2021

1. Article Est Républicain Dimanche 18/4/2021:“Langues régionales: le lorrain, un trésor national ! “

Le monde des livres (Août 2021)

Les livres qui nous parlent de notre région lorraine méritent d’être signalés aux amateurs.

  • Pour les fervents du patois lorrain, c’est Kévin GOEURIOT qui nous présente “Le lorrain comme on le cause”. Dans cet ouvrage bien de chez nous, on retrouve 460 mots du patois roman et germanique ; En “clanchant” la porte de votre librairie, vous pourrez feuilleter les pages qui nous parlent en lorrain !..
    L’auteur, professeur d’histoire et géographie, natif de Metz, mais ayant fait ses études à Nancy, se révèle comme un ardent défenseur de notre patrimoine linguistique lorrain.
    Notez bien le titre : “ Le lorrain comme on le cause” par Kévin Goeuriot, édition La Geste. Prix 20,00 Euros . En vente en librairie.
  • C’est l’Est Républicain qui vient de sortir un ouvrage intitulé “La Lorraine d’autrefois”. Aux champs, dans les villages, à l’atelier, à l’école, lors des fêtes...
    Partez à la découverte de nos aïeux et de l’art de vivre lorrain à travers des photographies et cartes anciennes.
    152 pages- format 16x23 cm. Prix 12,90 Euros + 3 Euros frais de port , commande à la” boutique de l’Est Républicain” rue Théophraste Renaudot 54185 Heillecourt cedex, ou chez votre libraire.

Bonne lecture , amis internautes, amis de notre Lorraine.

Jean SPAITE Août 2021

lundi, août 9 2021

Pour les amoureux des trains (Août 2021)

Nous voici à la période des vacances, marquée cette année par le Covid 19 qui fait renoncer à des visites lointaines, et par un mauvais temps caractérisé.

Profitons des éclaircies pour rendre visite à nos réseaux touristiques qui continuent de fonctionner pour votre bonheur, amoureux des trains, grâce à ces braves cheminots amateurs bénévoles qui réalisent des prouesses pour proposer un matériel accueillant et confortable pour une visite dont vous garderez le souvenir.

L’équilibre budgétaire de ces associations de trains est tributaire d’une bonne fréquentation. Alors, n’hésitez pas à leur rendre visite.

Voici quelques adresses dans notre secteur où vous pourrez vous renseigner sur les jours de circulation, les horaires et les tarifs.

Bon voyage sur les petits trains de chez nous !

  • Le train du fort de VILLEY le SEC
    Tel. 03 83 63 90 09
    06 03 15 49 92
  • Le train des forts d’UXEGNEY
    Tel. 03 29 38 32 09
  • Le chemin de fer du Val de PASSEY
    Tel. 03 83 29 21 22
    06 70 58 76 10
  • Le chemin de fer de la Vallée de la CANNER
    Tel. 03 87 77 97 50
    06 04 06 63 45
  • Le chemin de fer forestier d’ABRESCHVILLER
    Tel. 03 87 03 71 45
  • Le chemin de fer historique de la voie sacrée à BAR le DUC
    Tel. 03 29 45 53 04
    03 29 79 04 17
    Sur ce dernier parcours ferroviaire meusien circule une belle locomotive à vapeur 031 T Corpet baptisée “Suzanne”, qui a été complètement restaurée par des amoureux des trains. Voici un livre qui retrace son histoire, sous le titre :
    “Renaissance de la Suzanne” signé Jean Boucheré, J-M Althuser et Jean Laurent
    (format 21,5x30,5- 78 pages- Prix promo 20 Euros+5 Euros frais d’envoi)
    Disponible auprès du CFHVS, 55 ter Rue de St Mihiel 55000 Bar le Duc

Jean SPAITE Août 2021

vendredi, juillet 30 2021

Notre patois lorrain (32ème partie)

Patois_Lorrain.gif, janv. 2015

Nous continuons la récolte des mots et expressions du patois lorrain.

Notre moisson nous permet de retrouver des mots oubliés mais au parfum de notre terroir, plein de souvenirs…

  • CAMBOULER---> ( ou Kibouler) se retrouve en français sous la forme de chambouler : renverser.
  • COUALÉ---> (coualé) courbé, courbatu “Après sa journée dans son champ, il est revenu tout coualé“
  • HEURSI ---> hérissé “Il a les cheveux tout heursi.”
  • FALBALA---> superflu “Il est venu avec tout son falbala” (affaires abondantes, hautes en couleurs, souvent superflues)
  • Le BAROUFF’---> le bruit. Faire le barouff’
  • Un MOINS QUE RIEN ---> expression désignant une personne insignifiante, sans qualification, avec peu de moyens financiers.
  • Une TÊTE DE HOLZ ---> du germanique HOLZ : Bois Désigne un personnage entêté, buté, borné, une tête de bois.
  • TÂNÉ --->( tâné ) couché, étendu par terre. “Celui-là, qui reste tâné devant la télévision…”
  • SAINT FRUSQUIN---> (fruscain) Ne cherchez pas ce saint sur le calendrier : on ne le trouve pas ! Désigne un accessoire encombrant. “Il a amené son saint Frusquin“
  • RIN DI TO---> Rien du tout “Vous avez compris, Marie? --RIN DI TO, Jean!”

Jean SPAITE Juillet 2021

samedi, juillet 10 2021

Les maisons neuves (Juillet 2021)

Sous le titre “On construit au faubourg… et ailleurs “, nous avons fait écho de l’évolution des constructions de maisons neuves dans notre petit village. Nous devons signaler la réalisation d'un nouveau projet dans la partie basse du quartier du faubourg.

Retour dans le passé pour rappeler que ce terrain était initialement propriété de Joseph TOUBHANS (1883-1971). Après la guerre 1914-1918, il y avait fait édifier un baraque ADRIAN pour abriter ses chariots ainsi que son matériel agricole. A la fin du siècle dernier, c’est Claude MALGRAS (1943-2013) et son épouse Nicole née TOUBHANS qui remplace la baraque ADRIAN par un hangar de belles dimensions abritant du matériel agricole mais également des vaches et des veaux. C’est donc ce grand hangar qui vient de céder sa place courant Juin 2021 pour une future maison d’habitation en cours de construction pour le fils d’Eric MALGRAS et petit-fils de Claude MALGRAS.

Hangar Malgras 01.jpg, juil. 2021

Hangar Malgras 02.jpg, juil. 2021

Nous souhaitons bon courage au futur propriétaire qui va enrichir le patrimoine immobilier de notre commune , mais aussi assurer un apport démographique à notre village.

Jean SPAITE Juillet 2021

Crédit photographique: Sylvie Fleurichamps & Jean Spaite

mercredi, juillet 7 2021

La zone d'activités économiques de DOMJEVIN

Depuis 1999, au voisinage du carrefour RD 19/RD 19 A, l’entreprise CHIMIREC s’est établie avec comme objectif la collecte des huiles noires et la collecte et le regroupement des déchets. Elle emploie une vingtaine de personnels.

En bordure de la RN4 en direction Nord, un projet de zone d’activités économiques a été prévu par la Communauté de Communes depuis plusieurs années, avec réalisation d’emplacements sous forme d’une douzaine de parcelles potentielles sur une surface totale de 4 Hectares commercialisables. L’objectif étant d’accueillir des entreprises artisanales ou industrielles souhaitant s’implanter sur le territoire.

Avec la proximité côté Ouest de l’échangeur de Bénaménil RD 19A/ D 400/ RN4 la situation est idéale pour les futurs occupants des lieux.

Après de nombreuses années d’attente pour les surfaces disponibles et équipées d’alimentation en eau et en électricité et accès routiers, nous avons noté les travaux de nivellement d’une parcelle pour accueillir une première entreprise dans le domaine des travaux publics qui a acheté un terrain.


Nous ne manquerons pas d’informer nos visiteurs internautes sur l’évolution de cet équipement qui va se traduire par des emplois de main-d'œuvre dont pourront bénéficier les villages environnants.

Jean SPAITE Juillet 2021

Crédit Photographique: Sylvie Fleurichamps. Schéma de l'auteur.

mercredi, mai 5 2021

De tout un peu... (Début 2021)

Chers amis internautes,

Vous avez constaté un ralentissement dans la production des textes sur notre site “fréménil un village lorrain”.

Depuis un moment, le cancer s’est invité dans ma vie et me cause bien des souffrances, entre les séances de radiothérapie et des difficultés pour m’alimenter.

J’ai déjà reçu des messages de soutien et je vous en remercie.

Afin de garder un contact avec vous tous, je vous publie quelques informations sur la vie de notre petit village.

Décès de l’ancien maire Patrick LOUIS-CASTET

C’est le 12 Avril 2021 que l’ancien maire de la commune est décédé à son domicile d’un accident cardiaque à l’âge de 73 ans. La cérémonie religieuse a eu lieu le 15 Avril 2021 en l’église de Domjevin. Il repose au cimetière communal de Fréménil. Nos condoléances à la famille.

Deuxième nettoyage de printemps

Nous avions annoncé le premier nettoyage de printemps qui s’est déroulé le mercredi 24 Mars avec la participation des jeunes de 3 ans à 17 ans sous la direction de madame le maire et de sa première adjointe.

Un deuxième nettoyage de printemps a eu lieu le dimanche 25 Avril avec des adultes motivés sous la direction de monsieur Laurent ISSELÉ.

Souhaitons que la commune garde son aspect de propreté.

On construit au faubourg

Le 28 avril 2021 on m’annonce que la charpente de la maison de monsieur Joffrey H. est en cours de montage et sera suivie par la couverture en tuiles. La maison de monsieur Christophe M. située de l’autre côté de la rue est en activité avec l’entreprise LMB.

Incendie de la maison d’Yvon RAMOS

C’est dans la nuit du 30 Avril au 1er Mai 2021 qu’un grand incendie s’est déroulé dans la grosse maison située au n° 25 de la Grande Rue. Les pompiers de Lunéville sous la responsabilité du Lieutenant Sébastien MIFSUD, de Baccarat et de Blamont sont intervenus.

Yvon RAMOS, le propriétaire retraité de 80 ans a été évacué sur l'hôpital de Lunéville.

On ne connaît pas l’origine du sinistre.

Incendie Fremenil 210501.jpg, mai 2021

Visites du site par les internautes (Début 2021)

Pendant cette période plutôt ralentie au point de vue production de textes, nous avons noté des pointes de visites étonnantes pour “un petit village “ :

Dimanche 2 Mai, nous avons eu 31 visites dont 20 de France.

Pour l’étranger, nous avons 

  • USA ---> 4 visites
  • Belgique ---> 3 “
  • Chine ---> 2 “
  • Luxembourg ---> 1 “

Merci à tous les internautes visiteurs de notre site,

et grand merci à mes amis correspondants locaux qui m’adressent les informations.

Jean SPAITE Mai 2021

Crédit photographique: Christian Flavenot

dimanche, avril 18 2021

Histoires des trains

Notre ami Michel ROUSSEL de Bénaménil nous a fait parvenir un album-photos en 73 tableaux d'une présentation humoristique réalisée en 2018 par PATAGON. Présentation humoristique certes, mais aussi historique et technique sur les "histoires des trains".  Afin d'en faire profiter nos visiteurs internautes et surtout " pour les amoureux des trains", nous publions cette série qui va en intéresser plus d'un :

Jean Spaite - Avril 2021

Source: Ce diaporama a été publié en 2018 par Patagon34. Vous pouvez trouver les oeuvres de Patagon34 sur

PSPMANIA

- page 1 de 29