vannier02.jpg

L'Est Républicain du 27 Décembre 2015 a publié un article ayant pour titre "L'osier se récolte en décembre". Le texte a pour cadre la commune de DOMBROT sur VAIR dans la plaine des Vosges à 11,5 Km. de VITTEL et CONTREXEVILLE où exerce un des derniers osiériculteurs de France , Monsieur Régis COLIN. Saviez-vous qu'ils ne sont plus qu'une vingtaine d'osiériculteurs à exercer leur métier en France.

Cette activité n'est pas sans nous rappeler l'époque de l'osier et de la fabrication des paniers qui régnait dans notre vallée de la Vezouze et même au-delà.

vannier01.jpg

Oui, au mois de Décembre par des températures souvent peu clémentes, ils allaient "couper des soles" dans leur "sauci" (1) qu'ils avaient entretenus avec soin dans les mois précédents, nos paysans de notre village. "Au temps des soles" on utilisait le "serpillon" (2) et il fallait se courber pour tailler l'osier occasionnant des courbatures pour les opérateurs et opératrices, car les épouses avaient droit à cette corvée.

L'article concernant Mr. Régis COLIN nous le montre en pleine récolte de l'osier mais à l'aide d'un motoculteur : On n'arrête pas le progrès, nous sommes au XXIème siècle !

Que de souvenirs nous reviennent en mémoire : le bottelage des tiges d'osier, le triage en fonction de la longueur, la mise à l'eau des bottes dans des rigoles pour conserver la souplesse des soles, puis au printemps le pelage et le séchage pour avoir de la belle sole blanche; et enfin la mise en œuvre par le travail de vannerie pour obtenir des paniers aux formes multiples. C'est ainsi que nos ancêtres confectionnaient des volettes pour présenter les tartes et autres pâtisseries, jusqu'aux malles de voyage ou autres valises : du plus petit article au plus volumineux.  Qui ne se souvient de l'habillage en osier des bonbonnes de verre chargées de recevoir "la mirabelle" distillée à l'automne. Peut-être avez-vous encore un de ces merveilleux berceaux en osier qui a abrité le sommeil de vos bébés chéris. Toujours très prisé par les heureux propriétaires d'une cheminée où l'on peut contempler les flammes, le panier de buches reste un accessoire très pratique et toujours demandé.

vannier03.jpg

vannier04.jpg

Mais au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, la concurrence asiatique a provoqué une chute importante de la production nationale de vannerie.  On se souvient également que notre région lorraine a comporté de 1954 à 1963 une école de vannerie située à OGEVILLER notre voisine. Mais il existe toujours depuis plus d'un siècle l’École Nationale de Vannerie et d’osiériculture à FAYS-BILLOT (Haute Marne) qui accueille de nombreux élèves.

Si, après cette lecture évoquant "le temps des soles" et "le monde des paniers", vous éprouvez le besoin de confectionner vous aussi ces beaux articles de vannerie, nous vous proposons trois livres au choix :

  • Techniques de vannerie,      par Sue GABRIEL et Sally GUYMER
    Eyrolles éditeur           → 26,00 Euros
  • Guide de la vannerie,        par Marie PIERONI
    Fleurus éditeur            → 14,95 Euros
  • Manuel pratique de vannerie, par Paul HASLUCK
    Editions Emotion primitive → 22,00 Euros
Et si le cœur vous en dit, pour retrouver "le monde des paniers", projetez un petit voyage dans les Vosges aux environs de VITTEL et visitez le magasin de Monsieur Régis COLIN , Vannier-Osiériculteur
                       220 Rue de la Goutelaine
                       88170  DOMBROT sur VAIR


Notes : (1) SAUCI     →  Terrain de culture des "soles", de l'osier.
            (2) SERPILLON →  Outil de coupe manuel avec une lame en forme de croissant particulièrement coupante.



Jean SPAITE     Février 2016

Crédit photographique :
  • Image 1 - Osériculture Régis Colin - Cliché Vosges Matin
  • Image 2 - Site Blâmont-Info
  • Image 3 et 4 - Clichés personnels de l'auteur